Bruno Coulais : "La musique peut changer le sens d'un film"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

On lui doit la musique du "Peuple migrateur", des "Choristes" ou encore d'"Himalaya". Bruno Coulais vient de composer celle du dernier film d'Hélène Fillières, "Volontaire". 

INTERVIEW

Enfant, il détestait le cinéma. Et pourtant, il est aujourd’hui l’un des plus grands compositeurs de musique de film français. Bruno Coulais a notamment signé celles du Peuple Migrateur, des Choristes, de Brice de Nice ou encore d'Himalaya… Et dernièrement celle du film d’Hélène Fillières, Volontaire, avec Lambert Wilson et Diane Rouxel qui sort ce mercredi. L'histoire d'une jeune universitaire qui décide, contre toute attente, de s'engager dans la Marine.

"Comment faire vibrer une image ?" C'est par hasard que Bruno Coulais a commencé à travailler pour le cinéma. "Pendant mes études de musique, j’ai fait un stage dans un auditorium à Paris, raconte Bruno Coulais, invité de l'émission d'Isabelle Morizet, Il n'y a pas qu'une vie dans la vie. On m’a présenté François Reichenbach, un grand documentariste. Je ne sais pas pourquoi mais il savait que je composais de la musique. Il m'a dit : 'vous allez composer la musique d'un documentaire, puis d'un second'. J'ai eu beaucoup de chances dans ma vie."

Bruno Coulais commence alors à se passionner pour la relation entre la musique et l'image. "La question c'est de savoir comment faire vibrer une image avec de la musique", explique-t-il. Pour cela, on imagine que le compositeur s'imprègne du scénario du film, de l'histoire. Raté ! "Les histoires ne m’intéressent pas dans la vie comme au cinéma, affirme-t-il. Il y a quelque chose dans la vibration du film, de l’image, du rapport au temps qui fait que c’est déclencheur d’une envie immédiate de faire de la musique. Alors qu’il y a des films sûrement très beaux mais qui n’appellent pas la musique." 

Comme les films de Rohmer qui, selon lui, n'ont pas besoin de musique : "Les dialogues y sont déjà tellement importants et musicaux que je pense que toute musique altérerait la qualité de ces dialogues."

"Révéler la part secrète d'un film". Car Bruno Coulais en est persuadé, la musique joue un rôle très important dans les films : "Je pense qu'elle est là pour révéler la part secrète d'un film, estime-t-il. Il y a presque un regard moral du compositeur sur le musique. La musique peut totalement changer le sens d’un film. Parfois, c’est très bien, mais ça peut être aussi dangereux."

Parmi ses techniques pour trouver la musique juste : ne jamais montrer les images d'un film aux musiciens avant qu'ils n'enregistrent. "J'explique un peu au début sur quel film ils vont travailler, le metteur en scène dit quelques mots. Mais les images, non. J'ai constaté que sinon, ils commençaient à surinterpréter la musique."