Brian De Palma : "C'est compliqué de faire de bonnes choses dans un monde corrompu"

  • A
  • A
Partagez sur :

Le réalisateur Brian De Palma et la journaliste Susan Lehman publient Les Serpents sont-ils nécessaires ? aux éditions Rivages noir. Un roman qui raconte la vengeance d'une femme, dans un univers politique corrompu et impitoyable. 

INTERVIEW

Et si le monde n'était qu'un gigantesque nœud de vipères ? "Bienvenue à Hollywood", plaisante Brian De Palma, invité de l'émission de Nicolas Carreau, La Voix est livre, sur Europe 1. "C'est le monde des reptiles." Dans le roman qu'il a cooécrit avec la journaliste Susan Lehman, et qui vient d'être publié aux éditions Rivages noir, les serpents ont, eux aussi, une place de choix. Et ce dès le titre : Les Serpents sont-ils nécessaires ?

"Il n'y a que des serprents". "On avait un titre original qui était Juste des desserts", rappelle le réalisateur de Scarface. "Puis on a regardé le film avec Henry Fonda, Un cœur pris au piège, et on a vu le titre du livre qu’il lisait dans son transat : Les Serpents sont-ils nécessaires ? On a rigolé. Et on s’est dit que c'était le bon titre, parce qu’il n'y a que des serpents dans ce roman."

A commencer par un certain Barton Brock, directeur de campagne de Joe Crump, candidat aux sénatoriales dans l’Ohio. Barton Brock est préoccupé : son candidat est en mauvaise posture. Pourtant, il a des atouts : c’est un vétéran d’Irak, couvert de médailles, très sympathique. Le problème, c’est qu’il est un peu limité du point de vue intellectuel. Alors qu’en face, son compagnon Lee Rogers est non seulement très apprécié, mais c’est aussi "une tête".

Une histoire de vengeance. Brock décide donc de la jouer déloyal. Il veut compromettre Lee Rogers à tout prix. Or, il sait que ce dernier a un point faible : les femmes. Un soir, au McDonald's, Brock tombe sur Elisabeth, une jolie serveuse. Il la recrute pour séduire Lee Rogers et le placer dans une situation compromettante. Mais Elisabeth avoue tout à Lee Rogers. Au lieu de se venger, le politicien engage Brock. Et ensemble, ils piègent Elisabeth. Elle est envoyée en prison pour racolage, avant d'être priée de quitter l'Ohio.

"Un roman dans la mouvance de MeToo".Les Serpents sont-ils nécessaires ? raconte l'histoire de sa vengeance. Celle d'une femme qui se révolte face à la domination masculine. "Nous l'avons écrit avant le mouvement MeToo", précise Susan Lehman. "Mais c’est clairement un roman dans la mouvance de MeToo", assure-t-elle. "C’est de ça que ça parle. Une femme qui entre dans une histoire de corruption, qui finit par la contrôler et qui se venge de la mauvaise conduite des hommes".

En toile de fond du roman, la corruption omniprésente dans l'univers politique. Et cette question : comment agir dans une telle société ? "Avoir la foi et tenter de faire les bonnes choses, dans un monde très corrompu, ça devient très difficile", estime Brian De Palma. Des problématiques présentes dans la plupart des films du réalisateur. 

Une adaptation au cinéma ? "Je n'aime pas les brutes", assure-t-il. "Mes héros sont des gens qui écoutent, ils savent évaluer les situations complexes, ils ont un code moral auxquels ils tentent d’adhérer. Souvent, dans un monde tellement corrompu, ils doivent pénétrer dans ce monde de corruption pour faire passer la vérité de ce en quoi ils croient."

Les Serpents sont-ils nécessaires ? a tout d'un scénario de film. Pourtant, le réalisateur a choisi de prendre la plume, plutôt que la caméra. "J’ai eu beaucoup d’idées d’histoires ou de scénarios au cours de ces dernières décennies", explique Brian De Palma. "Beaucoup n'ont pas abouti en film. Mais ce sont de très bonnes idées. Et je me suis dit : 'pourquoi pas faire un roman'." Reste à savoir si le premier roman de Brian De Palma sera un jour adapté au cinéma...