Daft Punk à l'Opéra ? "C'est une envie", confie Benjamin Millepied

  • A
  • A
Daft Punk à l'Opéra ? "C'est une envie", confie Benjamin Millepied
@ DR
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - Le directeur de la danse à l'Opéra de Paris était l'invité de Thomas Sotto vendredi. 

Benjamin Millepied a décidé "très tôt" de faire de la danse toute sa vie. Il dansait déjà à cinq ans, avant de décider, à treize ans, d'intégrer le conservatoire supérieur de Lyon. "C'était une façon pour moi d'exprimer mon envie physique de bouger dans l'espace", explique-t-il à Europe 1. "J'ai toujours chorégraphié", se souvient-il. Benjamin Millepied a mis un terme à sa carrière de danseur il y a seulement quelques années. A 35 ans,  il est le nouveau directeur de la danse à l'Opéra de Paris depuis le mois d'octobre 2013. Le chorégraphe français de renommée internationale, était l'invité de Thomas Sotto vendredi matin. L'occasion d'évoquer son rôle à l'opéra, mais aussi ses projets pour l'avenir.

Son nouveau rôle de directeur de la danse à l'opéra de Paris n'est pas de tout repos. Comment le chorégraphe l'envisage-t-il ? "Il faut un projet, une vision pour le ballet, c'est à dire comment s'occuper du répertoire existant, du passé. C'est aussi réfléchir à comment on va vers l'avenir, quels types de créations, quel type de direction. C'est enfin la responsabilité de 154 danseurs", confie  Benjamin Millepied. Des danseurs qu'il soigne puisqu'il a récemment décidé de changer le parquet de l'Opéra. Etre directeur de la danse, c'est donc aussi "savoir mettre en avant, faire évoluer les talents, faire en sorte que les danseurs soient valorisés."

>> A LIRE AUSSI - Millepied soigne ses danseurs de l’Opéra de Paris

Pourquoi ne pas faire une place aux Daft Punk ? A l’Opéra, Benjamin Millepied aimerait moderniser le répertoire. Il a même le projet d'y faire entrer l'électro. Pourquoi ne pas faire une place aux Daft Punk ? "C'est un exemple, mais c'est une envie aussi", avoue Benjamin Millepied, qui reste prudent. "Ce sont des musiciens extrêmement pointus, ils réfléchissent beaucoup sur tous les projets qu'ils font. Ils ne s'aventurent pas n'importe comment sur quoi que ce soit donc on verra si, à l'avenir, c'est quelque chose qui se fera."


L'idée d'ouvrir les portes de l'Opéra à un autre genre musical donne une idée des projets de Benjamin Millepied. Mais son idée n'a rien à voir avec la notoriété des Daft Punk, souligne-t-il. "C'est vraiment parce que leur travail, leur musique, a sa place dans un projet à l'opéra de Paris. Il y aura le compositeur britannique James Blake qui sera présent à la première saison avec le chorégraphe William Forsythe, c'est aussi son cas. Ce n'est donc pas seulement un musicien, mais c'est un musicien à côté d'un chorégraphe, à côté peut-être aussi d'un artiste qui va faire un décor."



Carte Blanche. Aujourd'hui, tout sourit à Benjamin Millepied. Une image glamour, une carrière triomphale à New York, son épouse, Natalie Portman,qu'il a rencontrée sur le tournage du film Black Swan, en 2009, est une star mondiale... Ça complique les choses quand on arrive dans une institution comme l'Opéra ? Non, répond Benjamin Millepied. "Ce que je ressens à l'opéra, c'est un très grand soutien, c'est une collaboration avec Stéphane Lissner (le directeur de l'opéra de Paris, ndlr.), qui est vraiment un visionnaire. J'ai l'impression vraiment de faire partie de quelque chose d'important, de très très grande qualité", confie le professionnel. Benjamin Millepied "n'a pas du tout l'impression d'être limité". Le chorégraphe, qui vient de dévoiler le programme de la saison 2015-2016, "a l'impression d'avoir même plus que carte blanche". Benjamin Millepied a eu "tout ce qu'il voulait" en termes de "programmation, de partitions, de chorégraphes". "Donc c'est extraordinaire", conclut-il.