Abd Al Malik : "Camus est un grand frère, un modèle"

  • A
  • A
Partagez sur :

Albert Camus a été et reste un guide spirituel pour Abd Al Malik. Dans "Camus, l'art ou la révolte", le rappeur lui rend hommage en soulignant comme sa pensée est toujours très actuelle.

INTERVIEW

Albert Camus aurait eu 103 ans ce 7 novembre. S'il avait pu le rencontrer en ce jour anniversaire, Abd Al Malik aurait aimé "lui dire à quel point il a bouleversé (sa) vie". Invité dans la matinale d'Europe 1 lundi, le rappeur, auteur-compositeur-interprète, a confié son admiration pour l'écrivain, alors que sort en librairies son ouvrage Camus, l’art ou la révolte.

"Parallélisme de vie". Comme beaucoup, Abd Al Malik a lu L'Étranger à l'école. Mais sa vraie rencontre avec Albert Camus a eu lieu lorsqu'il avait 12 ans. "J’ai acheté L’Envers et l’endroit et ce livre m’a bouleversé", confie-t-il. L'ouvrage, écrit en 1937, est la voie à suivre pour celui qui se rêve déjà artiste. "Je lis Camus qui me dit 'tu veux être artiste ? Eh bien ça se passe comme ça'. Camus vient du même milieu de moi, l’équivalent d’une cité. Il est élevé par sa mère, moi aussi. Il a un enseignant, moi une enseignante, qui disent 'on va faire quelque chose de toi'", détaille-t-il. C'est d'abord grâce à ce "parallélisme de vie" qu'Abd Al Malik s'éprend des mots d'Albert Camus. "C'est un grand frère, c’est un modèle", va-t-il même jusqu'à dire. "J’ai vécu L’Envers et l’endroit comme un bréviaire. À chaque moment de ma vie, ce livre me donnait des solutions", assure-t-il.

"On doit agir". En écrivant Camus, l’art ou la révolte, Abd Al Malik a voulu souligner comme la pensée de l'écrivain est intemporelle. "Il va privilégier l’intelligence, le juste-milieu, le dialogue. Il va dire que même si tout se délite autour, on doit exercer au mieux son métier d’homme. On ne doit rien attendre des autres, on doit agir", martèle le rappeur. Les attentats commis en France ont renforcé sa détermination. "On est très forts dans le constat. On est très forts pour décrire l’obscurité mais on est rares à allumer des bougies", glisse-t-il. 

"Ramener de l'intelligence". À ceux qui disent que l'islam est dangereux pour la France, Abd Al Malik, lui-même musulman, appelle à relever le niveau. "Il est important de ramener de l’intelligence, de ne pas être dans des punchlines, des phrases choc, surtout quand on est un politique", estime-t-il. "Le devoir d’un politique c'est de faire du lien, d’apaiser". Une démarche "très camusienne" en somme.

Retrouvez l'interview d'Ab Al Malik en intégralité ci-dessous :


Abd Al Malik : "N'oublions pas que nous sommes...par Europe1fr