Danemark-France : "Voir un premier match de Coupe du monde c'est un rêve, mais…"

  • A
  • A
Danemark-France : "Voir un premier match de Coupe du monde c'est un rêve, mais…"
Guillaume a visité Moscou et pris la pose avec des fans étrangers avant d'assister à son premier match de Coupe du monde. @ Europe1/IF
Partagez sur :

Les Irrésistibles en Russie (5) - Pendant la Coupe du monde, Europe1.fr suit les Irrésistibles français, le principal groupe de supporters tricolores. Guillaume, 20 ans, nous confie sa joie d'avoir réalisé son rêve d'enfance, malgré le triste nul entre les Bleus et le Danemark (0-0).

Pendant la Coupe du monde de football, du 14 juin au 15 juillet, Europe1.fr donne la parole à trois membres des Irrésistibles français, le principal groupe de supporters des Bleus, durant l'intégralité de leur périple en Russie.

  • Dans ce cinquième épisode, Guillaume, 20 ans, nous raconte son premier match de Coupe du monde en tant que supporter, mardi après Danemark-France (0-0), à Moscou.  

  • Le jeune homme, étudiant dans une école de commerce de sport, est fan des Bleus depuis son enfance et a assisté à toutes les rencontres de l'équipe de France à l'Euro 2016.

  • Le cadet des trois supporters que nous suivons (avec Didier, que nous vous avons déjà présenté, et Marina, dont vous ferez la connaissance lors des huitièmes de finale) est membre des Irrésistibles français depuis 2013.

[Qu'est-ce qu'on ressent après avoir vu son premier match de Coupe du monde ?]

Je suis un peu déçu, le match n'était vraiment pas top. Mais je suis aussi très content, c'est un rêve d'enfance qui se réalise. Ça reste quand même une fête incroyable depuis que je suis arrivé lundi (la veille du match). Avant le match, le métro était rempli de supporters français et danois.

Il y a aussi des fans de tous les pays : des Brésiliens, des Mexicains… Et tout le monde se parle, tout le monde rit ensemble. Je peux être arrêté dans la rue à n'importe quel moment pour prendre une photo avec d'autres supporters, et toujours avec un grand sourire. On a l'impression que tout le monde est heureux. C'est vraiment ça l'ambiance d'une Coupe du monde.

[C'est la fête non-stop, finalement ?]

Oui, et ça fait de super souvenirs ! Quand je suis arrivé à Moscou, j'ai dit au taxi que j'étais français. Il m'a alors mis des chansons de Maître Gims pendant 45 minutes (rires). Lundi soir j'étais dans un bar, avec d'autres supporters français, où il y avait "une consommation achetée, la même offerte". Je vous laisse imaginer l'état dans lequel on a fini. C'est aussi pour ça que je suis venu (rires).

Surtout, j'ai joué au foot sur la place Rouge (avec les Irrésistibles français pour un tournoi entre supporters). On a joué contre les Russes, les Danois et les Allemands, il y avait plusieurs centaines de personnes qui nous regardaient. C'était vraiment impressionnant.  

[Et comment était l'ambiance pendant France-Danemark ?]

C'était plus difficile. Il y avait peu d'ambiance du côté français, mais aussi très peu du côté danois. Il y a peu de Français sur place (entre 5.000 et 8.000 contre le Danemark, selon les estimations), et sur ceux qui sont présents il y en a peu qui chantent. Mais nous (les Irrésistibles français) on a tout donné, on a rien à se reprocher. Ça aurait pu être mieux.

[Ça donne quand même envie de revenir ?]

J'espère bien ! J'ai des billets conditionnels pour les demi-finales, la finale et le match pour la troisième place, qui ne sont valides que si l'équipe de France joue. Mais en attendant, je rentre en France mercredi, j'ai des partiels que je dois absolument passer jeudi. Mais si je n'avais pas eu d'examens, je serais resté ! Autant dire que ce n'est pas en Russie que je révise (rires). Je réviserai dans l'avion du retour. Si je ne suis pas trop fatigué…

DANS LES ÉPISODES PRÉCÉDENTS… 

Dans l'épisode 1, Didier nous décrivait le contenu de sa valise

Dans l'épisode 2, Didier était déçu par l'ambiance de France-Australie

Dans l'épisode 3, Didier nous racontait le meilleur (et le pire) des sept Coupes du monde auxquelles il a assisté.

Dans l'épisode 4, Didier se désolait de s'être retrouvé isolé au milieu de milliers de fans du Pérou.