Autoroutes : un péage moins cher en cas de covoiturage ?

  • A
  • A
Autoroutes : un péage moins cher en cas de covoiturage ?
@ GERARD MALIE / AFP
Partagez sur :

CONSO - Ségolène Royal, la ministre de l'Ecologie, a déclaré dimanche que les tarifs des péages autoroutiers pourraient être favorables en cas de covoiturage. 

Alors que le gel des tarifs des péages a été acté le 27 janvier dernier, voilà que le gouvernement met une nouvelle proposition sur la table concernant les autoroutes. La ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, a proposé dimanche que les sociétés d'autoroutes baissent leurs tarifs en cas de covoiturage.

>> LIRE AUSSI - Autoroutes : les pistes envisagées par le gouvernement 

De "la transparence" pour les consommateurs. "C'est une des pistes", a avancé la ministre interrogée. "Il est question de demander aux autoroutes de faire des offres commerciales pour que certains tarifs puissent baisser", a-t-elle affirmé, citant le covoiturage comme exemple. 

L'un des objectifs des négociations entre l'État et les sociétés d'autoroutes est "la clarté, la transparence sur la façon dont on fixe les tarifs, pour que les consommateurs sachent ce qu'ils payent", a assuré Ségolène Royal. 
Leur objectif, c'est le "retour sur investissement", a-t-elle ajouté, affirmant qu'il fallait "rendre aux Français, par les investissements sur les infrastructures, ce que les autoroutes ont retiré de cette privatisation". 

>> LIRE AUSSI - Autoroutes : la hausse des tarifs suspendue mais... 

"Beaucoup d'argent à leurs actionnaires". "C'est un juste retour des choses", a-t-elle dit. Les sociétés d'autoroutes "ont donné beaucoup d'argent à leurs actionnaires" et "ont bénéficié de conditions tout à fait exorbitantes". "L'idée est de renégocier ces concessions dans l'intérêt général du pays et des automobilistes", a conclu la ministre. 

Les concessionnaires contre-attaquent. Le gouvernement attend les conclusions d'un groupe de travail sur l'avenir des concessions autoroutières créé en décembre. L'objectif étant d'étudier les conséquences d'une renégociation ou d'une résiliation à partir de 2017 des contrats de concession des autoroutes.

En attendant, le Premier ministre, Manuel Valls, a annoncé mercredi la suspension de la hausse de 0,57% des tarifs de péage, prévue au 1er février. Les sociétés d'autoroutes, elles, ont décidé de ne pas se laisser faire en se saisissant lundi du Conseil d'Etat. 

>> LIRE AUSSI - Autoroutes : les députés optent pour une résiliation