Un pape angoissé, des amants perturbés

  • A
  • A
Un pape angoissé, des amants perturbés
@ Le Pacte/Sony Pictures
Partagez sur :

SORTIES CINE - Habemus Papam et Sexe entre amis sortent dans les salles obscures cette semaine.

Mercredi, Michel Piccoli revient au cinéma en pape effrayé par les responsabilités qui lui incombent, dans Habemus Papam. Parmi les autres long-métrages attendus, Présumé coupable, le premier film sur l’affaire d’Outreau, L’Ange du mal, film italien sur un truand des années 70, ainsi que Sexe entre amis, variation de plus sur le fantasme de la relation sexuelle sans contrepartie sentimentale.

        
Habemus Papam de (et avec) Nanni Moretti et Michel Piccoli

Après la mort du Pape, le Conclave des cardinaux se réunit au Vatican afin d'élire son successeur. Plusieurs tours de votes sont nécessaires avant que ne s'élève la fumée blanche. Enfin, un cardinal est élu. Mais alors que les fidèles se pressent sur l'esplanade pour voir apparaître le nouvel élu, l'encadrement de la fenêtre reste désespérément vide. Effrayé, désorienté par l'ampleur de sa tâche et sa responsabilité, le cardinal Melville, interprété par Michel Piccoli, 85 ans, refuse d'endosser son nouveau rôle et s'enfonce dans les couloirs.

Présumé coupable de Vincent Garenq avec Philippe Torreton et Wladimir Yordanoff

Le calvaire d'Alain Marécaux - "l'huissier" de l'affaire d'Outreau - arrêté en 2001 et de sa femme accusés de pédophilie. Dix ans après le déclenchement des procédures, le film est le premier à revenir sur ce fiasco judiciaire qui s'était soldé en 2005 par l'acquittement de 13 des prévenus. C'est le récit qu'en a fait Alain Marécaux qui a inspiré le scénario du film : emprisonné et abandonné de tous, il avait entamé une grève de la faim qui le conduisit au bord du gouffre.<iframe class="video" src="http://www.europe1.fr/embed/file/video/Divertissement/Cinema/Presume-coupable-605307.mp4" frameborder="0"></iframe>                 
L'Ange du Mal, de Michele Placido avec Kim Rossi Stuart et  Filippo Timi

L'histoire du "Mesrine" italien, Renato Vallanzasca, redoutable truand qui effraya et fascina l'Italie des années 70. Un premier crime à 9 ans, une réputation établie à 27 ans, le gangster intelligent et démesurément orgueilleux ne manque ni de charme ni d'humour mais n'a guère d'état d'âme. Vallanzasca purge aujourd'hui une condamnation à une quadruple perpétuité pour avoir laissé beaucoup de sang et de morts dans son sillage.

                 
Sexe entre amis, de Will Gluck avec Justin Timberlake et Mila Kunis

Peut-on coucher sans aimer ? Deux amis qui entretiennent une relation purement physique voient les sentiments se mêler à leur histoire. Une variation de plus sur le fantasme de la relation sexuelle sans contrepartie sentimentale. Un thème identique au film Sex Friends, avec le couple Natalie Portman/Ashton Kutcher, dans lequel les tourtereaux finissaient aussi par tomber dans les bras l'un de l'autre.

                 
18 Jours de Sherif Arafa, avec Yousry Nasrallah et Mariam Abou Ouf

Dix courts métrages qui invitent à partager les émotions, et parfois les drames, d'Egyptiens ordinaires confrontés à des événements extraordinaires pendant la révolution qui a fait chuter le président Hosni Moubarak, le 11 février dernier. Cette première fiction sur ce thème intègre les images des centaines de milliers de manifestants dans les rues et de la répression sanglante par la police du régime, diffusées par les télévisions arabes lors des 18 jours de révolte.

                 
Au Revoir de Mohammad Rasoulof avec Leyla Zareh et Hassan Pourshirazi

Dans la situation désespérée de l’Iran d’aujourd’hui, une jeune femme avocate, privée de sa licence d’exercer et enceinte de quelques mois, tente par tous les moyens d'obtenir un visa de sortie. Un film réalisé dans une semi-clandestinité et présenté à Cannes grâce à un réseau d'entraide par un jeune cinéaste de 37 ans condamné à 20 ans de prison, puis assigné à résidence pendant l'examen de son appel.

> Trouvez une séance près de chez vous en cliquant ici