Monuments Men est tiré d'une histoire vraie, la preuve

  • A
  • A
Monuments Men est tiré d'une histoire vraie, la preuve
Harry Ettlinger, 88 ans, au musée de Karlsruhe, en Allemagne, au moment de sa décoration.@ MAXPPP
Partagez sur :

CINÉMA - Le film de George Clooney, en salles le 12 mars, s’intéresse à des sauveteurs d’œuvres d’art : l’un d’eux vient d'être décoré.

C’est l’acteur Dimitri Leonidas qui joue son rôle dans le film de George Clooney, Monuments Men, en salles le 12 mars. Harry Ettlinger, 88 ans, est un ancien Monuments Men, c'est-à-dire l’un des membres d’une équipe d’experts constituée par le général Eisenhower (des conservateurs de musées, des artistes, des architectes ou des historiens d’art) et chargée pendant la Seconde Guerre mondiale, de retrouver les tableaux volés par les nazis en Europe. A l’occasion de la sortie du film, tiré d’une histoire vraie, l’Allemagne redécouvre le travail de ces hommes. Le pays vient même de décerner une médaille d’honneur à l’un d’entre eux, Harry Ettlinger. L’homme a aussi conseillé Georges Clooney sur son film. Europe 1 revient sur son incroyable histoire.



Harry Ettlinger a sauvé le patrimoine artistique de la ville de Karlsruhe. C’était en décembre 1945, quand, avec les Monuments Men, il pénètre dans les mines de sel de Heilbron. C’est à cet endroit que les nazis ont caché 40 000 caisses remplies de trésors : des tableaux de Van Gogh, des vitraux de la Cathédrale de Strasbourg ou encore, l’un des autoportraits de Rembrandt. Harry Ettlinger reconnaît immédiatement le tableau. Petit garçon d’une famille juive, il a grandi à Karlsruhe et venait souvent l’admirer au musée de la ville. La famille avait ensuite dû fuir aux Etats-Unis, alors qu’ Harry Ettlinger n’avait que 12 ans. Des années plus tard, Harry Ettlinger est recruté comme interprète par les Monuments Men. Et c’est bien lui qui identifiera l’origine du Rembrandt.
 
 Symbole. Le tableau du maître hollandais, dont la maison se visite aujourd’hui à Amsterdam, a depuis, été rendu à la ville. Et c’est justement devant le chef-d’œuvre, dans le musée municipal à Karlsruhe, que la ville a tenu à remercier Harry Ettlinger ce week-end, en lui remettant une médaille honorifique prestigieuse. On sait désormais que l’Allemagne est loin d’avoir fait toute la lumière sur ce chapitre de son histoire, alors qu’une immense collection d’art dérobée par les Nazis a été retrouvée en novembre dernier.