Le Majordome, l'homme noir aux gants blancs

  • A
  • A
Le Majordome, l'homme noir aux gants blancs
Partagez sur :

Lee Daniels raconte cinquante ans d’Histoire américaine à travers les relations conflictuelles entre un père, ancien esclave devenu majordome à la Maison-Blanche, et son fils.  

La ségrégation puis la libération noire à travers deux regards antagonistes : celui d’un père, descendant d’esclaves, devenu majordome sous sept présidents à la Maison-Blanche et son fils, engagé aux côtés de Martin Luther King puis du "Black Power". Par tactique plus que soumission, le père croit à l’action par l’intérieur. Il évolue dans "le monde des blancs", adopte leurs codes et gagne peu à peu leur respect. Dans le même temps il perd celui de son fils qui combat frontalement les discriminations.

Regardez la bande-annonce du Majordome

                    

Inspiration - C’est en recherchant un témoin afro-américain au sein de la Maison-Blanche lors de l’élection de Barack Obama à la présidence qu’un journaliste du Washington Post , Will Haygood , a croisé le chemin d’Eugene Allen : de 1952 à 1986, ce majordome noir a servi sept présidents. Le scénario a inspiré, évidemment. Et au premier chef le scénariste Danny Strong qui s’est appuyé sur la biographie d’Allen pour écrire Le Majordome.

EXTRAIT - Découvrez Forest Whitaker dans Le Majordome



Découvrez un extrait du Majordome (The Butler...par Europe1fr

Expérience personnelle  - Le "I have a dream" de Martin Luther King a 50 ans tout juste. 50 ans seulement.  Après Spielberg avec Lincoln et Quentin Tarantino avec Django, c'est au tour de Lee Daniels (Precious et Paperboy) de raconter le vécu des Noirs-Américains à partir de son expérience. "Ce film permet de réfléchir à ce que la communauté noire a vécu, au cours des cinquante dernières années, afin que des gens comme moi puissent obtenir le droit de vote" explique t-il. 
Oprah Winfrey et Forest Whitaker dans Le Majordome de Lee Daniels

Être un réalisateur noir pour parler de l’Histoire des Noirs ferait donc une différence ? Oui répond Lee Daniels à Première.  "Spielberg et Tarantino n’ont pas vécu ma vie de Noir. Jamais je ne prétendrai faire La liste de Schindler parce que ce n’est pas mon expérience ; et je ne pourrai jamais parler des Italo-Américains comme Scorsese, parce que je ne connais pas cette culture de l’intérieur." Il précise tout de même : au delà du mouvement des droits civiques, au-delà de l’histoire des discriminations, Lee Daniels voit surtout dans son film, un "récit universel" sur le rapport père/fils.

Casting – Le choix des acteurs n’est pas commun : Lee Daniels a fait appel à des chanteurs, Lenny Kravitz, Mariah Carey, ou encore à la reine de la télévision américaine, Oprah Winfrey pour incarner (avec un grand talent !) l'épouse d'Allen. Ajoutons à cette liste Forest Whitaker , tout de même, dans le rôle-titre, Robin Williams sous les traits d’Eisenhower et Jane Fonda dans le rôle de Nancy Reagan… 
Mariah Carey

Si l’Histoire défile peut être un peu vite entre les séquences de cette saga familiale, Lee Daniels a des traits de génie : comme cette scène où le fils participe au sit-in de Woolworth* tandis que le père effaré, le découvre sur les écrans de télévision de la Maison-Blanche pendant son service.

Le Majordome revient avec intelligence sur le conflit de deux générations au cœur d’une époque cruciale, celle de l’accession à l’égalité entre Blancs et Noirs.

Le majordome, de Lee Daniels avec Forest Whitaker, Oprah Winfrey, Mariah Carey, Lenny Kravitz, Jane Fonda. Sortie : le 11 septembre. 

*En Février 1960, quatre étudiants afro-américains assis à un comptoir-lunch chez Woolworth de Greensboro, en Caroline du Nord, demandent poliment à être servi comme tout le monde, initiant un mouvement de résistance de grande ampleur.