Le 35 mm au bout du rouleau

  • A
  • A
Le 35 mm au bout du rouleau
@ MAXPPP
Partagez sur :

Fin 2010, le groupe MK2 abandonnera ce format créé en 1892 au profit du numérique.

Le 35 mm résistera-t-il au numérique ? Le groupe MK2 a déjà répondu à cette question, en annonçant l’abandon de ce format dans l’ensemble de son parc à la fin de l’année, d’après le Film français. Le 30 septembre, tous les écrans du groupe passeront au numérique, à l’exception des trois salles de Montparnasse, qui suivront en fin d’année.

Troisième réseau parisien d’exploitation des films, MK2 compte 64 écrans, et près de 11.000 fauteuils. Le premier complexe MK2 entièrement numérique sera celui d’Odéon, dans le 6e arrondissement de Paris. Cet abandon du numérique, effectif en seulement un an, fait suite à son partenariat avec Ymagis, spécialiste du cinéma numérique, contracté en septembre 2009.

Avatar est passé par là

Nul doute que le succès historique du film Avatar, diffusé en 3D relief, a accéléré le processus. D’autant que de nombreuses sorties de films en 3D sont prévues, dont Toy Story 2, Shrek 4 ou encore Harry Potter et les reliques de la mort.

"Le double système 35 mm-numérique" était très lourd et très compliqué à gérer", a expliqué Nathanaël Karmitz, directeur général de MK2, au Film Français.

Reste à savoir si les autres exploitants, comme UGC ou Gaumont Pathé, iront aussi vite vers le numérique que MK2. Concernant UGC, la révolution semble en marche, puisque le groupe serait en négociations avec Ymagis depuis le début de l’année, d’après Ecrans.fr. Pourtant, quelque semaines avant, son directeur général, Alain Sussfeld, avait déclaré se méfier du tout-numérique : "les seuls bénéficiaires du système sont les producteurs et les distributeurs". Avatar est passé par là…

La mort du 35 mm ?

Déjà en marche, le mouvement d’abandon du 35 mm, un standard de pellicule photographique créé par William Dickson et Thomas Edison en 1892, passe donc à la vitesse supérieure. Pour autant, nul ne sait si l’abandon total de l’argentique, comme cela s’est passé dans la photographie, est programmé. Le 35 mm pourrait bien subsister, au moins pour projeter des films anciens ou appartenant au patrimoine.