"L'Ordre et la Morale" version Kassovitz

  • A
  • A
"L'Ordre et la Morale" version Kassovitz
@ DR
Partagez sur :

Le film sur l'assaut en 1988 de la grotte d'Ouvéa, en Nouvelle-Calédonie, sort mercredi.

Mathieu Kassovitz part à l'assaut de l'affaire de la grotte d'Ouvéa en Nouvelle-Calédonie avec son dernier film. L'Ordre et la Morale sort mercredi dans les salles obscures.

Le "plus gros film" de Kassovitz

En avril 1988, juste avant le premier tour de l'élection présidentielle, 27 gendarmes sont pris en otages par des indépendantistes kanaks. Parmi les renforts envoyés sur cet îlot à 30 heures de Transall de Paris, le capitaine des gendarmes d'élite, Philippe Legorjus du GIGN. L'homme, joué par Mathieu Kassovitz lui-même, doit tenter une médiation. Mais l'affaire se termine dans le sang avec l'intervention de l'armée et la mort de deux militaires et 19 Kanaks, dont cinq au moins sont décédés après l'assaut.

Tout le film est construit pour conduire à ce dénouement connu et attendu. Filmé caméra à l'épaule, avec des scènes de corps à corps dans un déchaînement d'explosions et de déflagrations sourdes. L'Ordre et la Morale est certainement le plus "gros film" de Mathieu Kassovitz, comme il le disait lui-même durant le tournage, en raison des moyens engagés et du sujet, mais aussi par "sa dimension politique, sociale et cinématographique". Un tournage de la débrouille aussi, puisque délocalisé "pour des raisons de sécurité" en Polynésie, et auquel l'armée a décliné tout soutien.

Trois prix avant la sortie dans les salles

Avant sa sortie officielle, L'ordre et la morale a été congratulé lors de la cérémonie de clôture du 20e festival du film de Sarlat, en Dordogne. Le film a remporté samedi soir trois prix : celui du public, celui des lycéens et le prix du jury jeune.

Ces prix n'empêcheront pas la suspension de la sortie du film sur les écrans en Nouvelle-Calédonie après le désistement du distributeur local. Le réalisateur s'était dit "choqué" de cette nouvelle. Le tournage avait déjà connu quelques déboires en raison d'une opposition au projet cinématographique d'habitants et d'élus de Nouvelle-Calédonie.