Bouchareb accusé de contrefaçon

  • A
  • A
Bouchareb accusé de contrefaçon
@ MAXPPP
Partagez sur :

Deux scénaristes affirment qu’Hors-la-loi, qui sort la semaine prochaine, est un plagiat.

Le réalisateur franco-algérien Rachid Bouchareb est accusé par deux scénaristes d’avoir pillé leur projet. D’après Farid Afiri et Philippe Roques, qui ont saisi la justice française pour contrefaçon, la ressemblance entre le scénario de leur projet écrit en 2005, Sparring Partner, et de Hors-la-loi, qui sort le 22 septembre, sont multiples. Ils attaquent donc le réalisateur pour contrefaçon.

Deux ans de démarches

Tout commence le 26 juillet 2005, lorsque Farid Afiri dépose à la SACD (Société des auteurs et compositeurs dramatiques) le scénario de Sparring Partner, inspiré de la vie de son père. Il a cosigné ce texte avec Philippes Roques.

D’après nos informations, en mai 2006, Farid Afiri envoie son scénario à la société de production 3B, que dirigent Rachid Bouchareb et Jean Bréhat. Ne recevant aucune réponse de leur part, il décide de s’adresser au CNC (Centre national du cinéma), et de présenter son scénario à la commission de réécriture des scénarios.

Le scénario passe le premier tour, mais est recalé au 2e tour, avant d’être étonnamment redirigé vers la commission d’écriture des scénarios. A la tête de cette commission, on retrouve Jean Bréhat, associé de Rachid Bouchareb.

Mauvaise surprise à Cannes

Farid Afiri est alerté en mai dernier, pendant le festival de Cannes, où concourait Hors-la-loi, des ressemblances étranges avec son scénario. C’est alors que, d’après notre enquête, il demande à voir le film. N’obtenant pas satisfaction, il lance une assignation en justice pour contrefaçon en juillet.

De multiples ressemblances

Hors-la-loi, l’histoire de trois frères algériens installés en France, sur fond d’évènements politiques tragiques et de manifestations pour l’indépendance de l’Algérie, présenterait de nombreuses similitudes avec Sparring Partner.

Interrogé sur Europe 1, Farid Afiri en a énuméré quelques-unes : "la mort d’un père au début du film un personnage passionné de boxe, qui malgré lui subit la guerre d’Algérie, essaie de prémunir le ring de toute tentation récupération politique, qui devient coach en France, entraîone un poulain prometteur, brigue le titre de champion de France et malgré lui ne peut pas participer à la finale. Et il s’appelle Saïd dans les deux films".

Or, en France la jurisprudence en matière de contrefaçon se base sur les ressemblances. Une trentaine ont été répertoriées par Farid Afiri et Philippe Roques.

750.000 euros d’amende

Farid Afiri et Philippe Roques demandent 750.000 euros d’amende. "C’est une compensation du préjudice pour le travail effectué et l’impossibilité de tirer profit d’une œuvre qui est condamnée à l’avance", a déclaré leur avocate Me Wekstein, interrogée sur Europe 1.

Rachid Bouchareb, le scénariste d’Hors la loi Olivier Lorelle, les chaînes France 2, France 3 et Canal Plus, ainsi que les sociétés de production concernées ont été assignées. A travers son avocat Me Laurent Merlet, Rachid Bouchareb a certifié que "les parallèles sont totalement inventés" et que c’est "une procédure abusive". L'avocate de Studio Canal, Me Boissard, s’est dite "pas inquiète", sur Europe 1. L’audience a été fixée au 12 octobre prochain.