Ce fut aussi une révolution numérique

  • A
  • A
Ce fut aussi une révolution numérique
@ INA
Partagez sur :

Pour la première fois, le visage du vainqueur est apparu sous forme de portrait numérique.

C’est une petite révolution ! Antenne 2 a utilisé, pour la toute première fois, un procédé totalement nouveau pour annoncer le nom du gagnant de l’élection présidentielle. Ainsi, à 20 heures précises, vous avez pu découvrir sur votre écran de télévision le visage de François Mitterrand sous la forme d'un portrait numérique.

Un procédé qui n’avait jamais été utilisé pour les élections auparavant et qui donne un coup de jeune à cette soirée présidentielle ! Car souvenez-vous de l’annonce des résultats de l’élection de 1974. Jean-Pierre Elkabbach et Jean-Claude Heberlé avaient fait, en direct, le décompte jusqu’à l’apparition d’une sorte de balancier sur lequel on pouvait voir que Valéry Giscard d’Estaing avait remporté le scrutin.

Un procédé pas vraiment moderne…



"Tout le quartier était bloqué"

Le balancier part désormais aux oubliettes et laisse place à la modernité. Dominique Dupont stagiaire dans la société d’informatique spécialisée, chargée de mettre en place la présentation graphique des résultats de l’élection, raconte, à Europe1.fr, la prouesse technologique que représente ce portrait numérique. Mais le jeune homme revient aussi sur tout le dispositif nécessaire à la protection des résultats, autour de l’entreprise de graphisme basée dans le centre de Paris.

"Cet après-midi je suis allé voter avant de me rendre au travail vers 15 heures. Et là, tout le quartier était bloqué par les CRS, car il faut savoir que tous les résultats ont été traités, au fur et à mesure, dans l’entreprise, par des statisticiens", raconte-t-il. "Toutes les liaisons téléphoniques ont été coupées par mesure de sécurité", ajoute-t-il, précisant qu’il a fallu, "pour finaliser le traitement de l’image numérique, rétablir cette liaison téléphonique, car le procédé utilisé est le même que pour le Minitel". "Mais quelques minutes avant 20 heures, la liaison ne fonctionnait pas", confie Dominique, décrivant un moment d’angoisse dans la société d’informatique.

Il a "appuyé sur le bouton"

Heureusement, la liaison a pu être rétablie à temps. Et à 20 heures, un des collègues de Dominique a simplement "appuyé sur le bouton". "Tout cela a été fait à partir d’un micro-ordinateur, il s’agit d’un des tout premiers arrivés en France", précise le jeune stagiaire ajoutant que "les portraits des deux candidats avaient été préparés".

A 20 heures précises, c’est le portrait de François Mitterrand qui est apparu sur votre écran :

"Le monde va changer"

Outre la prouesse technologique que représente ce nouveau procédé, le portrait numérique a su jouer la carte de l’ambigüité. Lorsque le portrait est apparu, c’est un crâne chauve qui s’est lentement dessiné. Il pouvait s’agir aussi bien de celui de Mitterrand que de celui de Giscard. "Un suspens voulu", confie Dominique, "ça fait partie du jeu de faire durer l’attente", ajoute-t-il.

Dominique confie également qu’il n’y a "pas eu d’appréhension quant au succès du dispositif car tous les gens qui ont travaillé sur le projet sont des informaticiens extrêmement forts". Outre ce moment politique historique, cette soirée a aussi marqué une nouvelle page dans notre histoire. "On sait maintenant que le monde va changer", conclut le jeune stagiaire, encore ébloui par cette nouvelle prouesse technologique.