Vous pensiez acheter allemand ? Vous roulez français

  • A
  • A
Vous pensiez acheter allemand ? Vous roulez français
@ REUTERS
Partagez sur :

CAMOUFLAGE - En vertu d’alliances de plus en plus fréquentes, les voitures embarquent des moteurs d’une autre marque.

Vous avez prévu d’acheter la nouvelle classe C de Mercedes ou la nouvelle Smart ? Ne vous étonnez pas si vous découvrez sous le capot un moteur Renault : les alliances, nécessaires pour réduire les coûts, sont de plus en plus fréquentes et provoquent de drôles de surprises. Une tendance de plus en plus manifeste puisque 17,4% des moteurs Renault étaient destinés à d’autres marques en 2013, selon le quotidien Les Echos.

Fabriqué à Rouen, installé en Allemagne. L’usine de Cléon fabrique des moteurs R9 destinés à équiper les Mégane et les Scenic, ainsi que les Qashqai et X-Trail de Nissan. Et cela n’est pas fini : ce moteur va désormais intégrer les entrées de gamme des modèles Classe C de Mercedes, mais aussi l’utilitaire Vito. Au total, 4% des moteurs fabriqués par Renault sont destinés en 2014 à Mercedes, selon les chiffres du constructeur français. Une proportion qui monte à 17,4% si on inclut d'autres marques étrangères.

Renault entreprise automobile

© Reuters

Pourquoi les Allemands sollicitent-ils les Français ? Tout simplement en raison des nouvelles normes environnementales. Ces dernières sont censées favoriser la mise au point de moteur plus économes. Mais en attendant, les Allemands fabriquent de gros moteurs puissants, et donc polluants. A l’inverse, la France, qui excelle dans les citadines et les compactes, est devenue championne des petits moteurs économes. Des marques comme Mercedes ont donc fait appel à Renault pour équiper l’entrée de gamme de ses modèles petits et moyens (Classe A, B et C). 

Quand la Twingo inspire la Smart. La nouvelle version de la citadine Smart, développée par Daimler, en est l’illustration ultime. A la peine pour développer ces très petits modèles, la firme allemande s’est alliée à Renault. Et a offert en échange de l’aider dans la fabrication de la nouvelle Twingo. Résultat, "entre la Smart et la Twingo, 95% des pièces visibles sont différentes. Mais au total, entre les deux modèles, 60 à 75% des pièces sont communes", précise Carsten Krapf dans les colonnes de L’usine nouvelle, qui a mené l’autopsie de la nouvelle petite citadine de Renault.

>> LIRE AUSSI - Twingo 3e génération : retour aux sources

Ces modèles étrangers aux entrailles françaises. La future Smart n’est que le dernier exemple de ces collaborations de plus en plus nombreuses dans l’industrie automobile. Tout naturellement, Nissan embarque plusieurs moteurs Renault, notamment pour le Qashqai et le X-Trail. Et c’est le même moteur qu’on retrouvera dans certaines Mercedes Classe C. La Classe A et B va faire de même mais avec un moteur Renault 1.5 dCi.

De même, le Citan, l’utilitaire de Mercedes, est en fait un Kangoo ayant bénéficié d’un lifting mais bel et bien produit en France dans une usine Renault. Certaines versions des Mercedes CLA et GTA embarquent elles aussi des moteurs français. Et depuis 2006, Peugeot fournit une partie des moteurs des BMW Serie 1 et Série 3, mais aussi des Mini.

>> Retrouvez sur le même sujet le Zoom éco d’Axel de Tarlé :