Ukraine : Bruxelles annonce une aide de 11 milliards d'euros

  • A
  • A
Ukraine : Bruxelles annonce une aide de 11 milliards d'euros
Partagez sur :

Elle s'étalera sur les deux prochaines années, a précisé la Commission européenne.

A la veille d'un conseil européen extraordinaire consacré à l'Ukraine, Bruxelles a décidé mercredi d'octroyer une aide financière de 11 milliards d'euros au pays sur les deux prochaines années. "Parallèlement au dialogue politique, la communauté internationale doit se mobiliser pour stabiliser la situation économique", a déclaré le président de l'organe exécutif, José Manuel Barroso. Dans le détail, Bruxelles va verser 1,6 milliard d'euros de prêts d'assistance et 1,4 milliard d'euros de subventions. Trois milliards d'euros proviendront de la Banque européenne d'investissements (BEI) dont le soutien à la croissance et à l'emploi est "la priorité absolue". "Nous travaillons également avec la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (Berd) afin de libérer 5 milliards d'euros supplémentaires", a précisé José Manuel Barroso. Soutien du FMI De son côté, le Fonds monétaire international a annoncé la semaine dernière l'envoi d'une mission sur place, alors que le pays a sollicité son aide. "Cela permettra au FMI de procéder, comme il le fait toujours, à une évaluation technique indépendante de la situation économique de l'Ukraine et, en même temps, d'étudier avec les autorités les réformes qui pourraient former la base d'un programme appuyé par le FMI", a déclaré la directrice générale de l'institution, Christine Lagarde, le 27 février dernier. Réunion diplomatique à Paris Cette annonce de la Commission européenne est intervenue alors que les chefs de la diplomatie russe et américaine, Sergueï Lavrov et John Kerry, devraient s'entretenir sur le dossier ukrainien en fin d'après-midi, à Paris. Une rencontre qui se fera en marge de la rencontre du groupe international de soutien au Liban organisée par François Hollande. Il s'agit de la première, depuis le feu vert donné samedi par le parlement russe au recours aux forces armées en Crimée. Mardi, lors d'une conférence de presse, le président russe, Vladimir Poutine a toutefois dit écarter "pour le moment" une intervention militaire.