Twitter a su séduire les leaders mondiaux

  • A
  • A
Twitter a su séduire les leaders mondiaux
Partagez sur :

77% d'entre eux se servent désormais du site de microblogging...

Les leaders de la planète se sont appropriés Twitter et ses messages en moins de 140 signes... Sept ans après le lancement de la plateforme de microblogging, le cabinet Burson-Marsteller publie une étude, intitulée "Twiplomacy", qui montre que 77% des dirigeants mondiaux sont des utilisateurs et que deux tiers l'utilisent pour communiquer avec d'autres chefs d'Etat, ministres ou gouvernements. Avec 33,51 millions de "followers", Barack Obama est le dirigeant le plus populaire dans le monde auprès de ses pairs, loin devant le pape François et ses 7,2 millions d'abonnés. Il faut dire que le président américain avait été précurseur, en étant le premier dirigeant mondial à s'inscrire sur le réseau, en mars 2007. Il s'offre même le luxe de ne suivre que deux autres leaders : l'ex-président russe Dimitri Medvedev et le ministre d'Etat norvégien Jens Stoltenberg. Enfin, il est l'auteur du "tweet" le plus populaire de l'histoire de Twitter, juste après sa réélection à la tête de la Maison blanche en 2012, repris 806.066 fois. Leaders conectés Washington complète le podium, avec 4,01 millions d'abonnés, devant le président turque Abdullah Gül (3,42 millions), et son Premier ministre Recep Tayyip Erdogan (3,40 millions). Mais les dirigeants les plus suivis ne sont pas les plus bavards : l'étude révèle que le président vénézuélien "tweete" en moyenne 41,29 fois par jour, le président de la République dominicaine 35,3 fois, le gouvernement croate 33,8 fois, le cabinet ukrainien 31,8 fois, et le président colombien 30,7 fois, soit bien plus que Barack Obama par exemple. Du côté des leaders les plus connectés, c'est à dire qui suivent leurs propres "followers", c'est le ministre des Affaires étrangères suédois, Carl Bildt, qui arrive en tête, avec 44 millions de connections mutuelles. Le ministère des Affaires étrangères se classe cinquième, avec 26 millions d'interactions. Suivre pour être suivi Plus de deux tiers des gouvernements africains sont présents sur Twitter, indique cette étude, et leurs dirigeants sont parmi les plus actifs. La popularité du réseau est également très importante en Amérique latine. "La plupart des dirigeants détiennent un compte personnel, qu'ils utilisent pour communiquer publiquement, comme la présidente argentine Cristina Kirchner, qui est la plus suivie dans cette région avec 2,1 millions de followers", indique le "Twiplomacy". Mais l'Asie n'est pas en reste, puisque 3/4 des gouvernements apprécient cet outil pour leur communication. Twitter semble aussi s'imposer pour les gouvernements de petits pays en mal de visibilité. C'est par exemple le cas du gouvernement croate, qui suit de façon unilatérale le compte de 165 de ses pairs. Le ministre des Affaires étrangères islandais est lui aussi très présent, tout comme ses homologues de Norvège, de Suède et du Kosovo, qui suivent plus de 80 leaders, dans l'espoir d'être suivis à leur tour...