Revenus, consommation : aucun pays ne fait pire que la France

  • A
  • A
Revenus, consommation : aucun pays ne fait pire que la France
Partagez sur :

L'institut de recherche GfK vient de publier les résultats d'une étude menée à l'échelle européenne et qui conclut que les Français sont parmi les plus négatifs sur l'avenir de leurs finances

Les Français apparaissent bien comme les champions d'Europe... du pessimisme. L'institut de recherche GfK vient de réaliser une enquête sur le climat de la consommation sur le continent. Or, les résultats montrent une situation très contrastée selon les pays. Ainsi alors que les Allemands et les Italiens espèrent déjà une reprise de l'activité économique, les Français ont bel et bien le moral dans les chaussettes. L'indicateur dédié (réponses positives moins réponses négatives) atteint -49 points dans l'Hexagone. Certes, les signaux sont plutôt au rouge partout en Europe. Néanmoins, aucun pays ne fait pire que la France. Même les grecs se montrent moins démoralisés avec un indicateur à -34. La consommation n'est pas prioritaire C'est principalement à propos leurs revenus que les Français redoutent les mois à venir. A -57, l'indicateur est là aussi bien plus bas qu'en Espagne ou en Grèce (-41 à -44) et tranche avec l'optimisme allemand en la matière (+36). Avec un chômage qui bat des records, l'institut GfK reconnaît lui-même que " de vastes réformes sont nécessaires sur le marché du travail et dans la société en général ", qui se traduiront en 2014 par des hausses d'impôts et de cotisations. Bien entendu dans ce contexte, la consommation ne figure pas parmi les priorités des ménages français. L'indicateur qui mesure la disposition à acheter ressort à -42 points en France. Seuls les Italiens (-49) et les Portugais (-43) comptent gérer leur budget avec encore plus de rigueur. Le déblocage de l'épargne salariale permettra peut-être de détendre temporairement la situation. Mais lorsque l'on regarde l'importance historique de la consommation dans la croissance française, cette enquête n'incite pas à l'optimisme.