Les mini-caméras GoPro s'introduisent au prix fort sur le Nasdaq !

  • A
  • A
Les mini-caméras GoPro s'introduisent au prix fort sur le Nasdaq !
Partagez sur :

GoPro veut devenir une société de médias grâce aux vidéos de ses utilisateurs.

Le fabricant des célèbres mini-caméras GoPro a séduit les investisseurs pour son arrivée en Bourse. Le prix de l'action a ainsi été fixé hier soir à 24$, tout en haut de la fourchette indicative de 21$ à 24$, ce qui valorise la jeune société non moins de 3 milliards de dollars. La première cotation est prévue cet après-midi, et l'introduction sur le Nasdaq permettra à GoPro de lever 427 millions de dollars, voire 491 M$ si l'option de surallocation est exercée en totalité. Les caméras portables de GoPro sont notamment plébiscitées par les sportifs de l'extrême (snowboard, chute libre, surf et kitesurf, plongée, moto etc.), qui valorisent leurs exploits grâce à ces appareils numériques haute définition et à grande vitesse, fixés sur leurs têtes. L'entreprise, basée à San Mateo, en Californie, fournit aussi ses mini-caméras à de nombreuses chaînes de télévision, ainsi qu'à des professionnels de tous les secteurs, notamment des pompiers, des militaires ou encore des biologistes marins... Le défi de la transformation en fournisseur de contenu A plus de trois fois le chiffre d'affaires 2013, la valorisation de GoPro en Bourse est bien supérieure à celle généralement réservée aux sociétés de produits électroniques grand public (une fois le chiffre d'affaires en moyenne), mais la direction semble avoir convaincu les investisseurs de ses ambitions d'aller bien au-delà de la vente de caméras. GoPro, qui réalise actuellement un chiffre d'affaires proche de 1 Md$ (986 M$ en 2013), projette ainsi de se transformer en un véritable groupe de médias, en produisant du contenu original à partir des vidéos filmées par ses utilisateurs. Dans ce domaine, le groupe va devoir se frotter aux grands réseaux sociaux et réseaux de partage de vidéos, voire aux grands acteurs de la vidéo à la demande. Dans les mois suivant l'introduction, la direction sera donc sous pression pour prouver que GoPro est capable de réaliser la transition de fournisseur de matériel vers fournisseur de contenu, un exploit que peu de sociétés ont réussi par le passé, hormis le contre-exemple spectaculaire d'Apple.