Le rapport Gallois préconiserait d'enterrer les 35 heures

  • A
  • A
Le rapport Gallois préconiserait d'enterrer les 35 heures
Partagez sur :

Avec une telle proposition, Louis Gallois porterait un coup à une des lois emblématiques de la gauche...

Une bombe dans le rapport Gallois sur la compétitivité ? D'après 'Le Parisien', le document, qui doit être remis le 5 novembre au chef de l'Etat, ferait une proposition choc : la disparition des 35 heures. "Selon plusieurs sources, Louis Gallois prônerait concrètement de supprimer toute référence à une durée légale du travail imposée à tous. L'idée serait d'autoriser un système à la carte", écrit le quotidien. L'ex-patron d'EADS aurait trouvé l'inspiration en Allemagne, où le temps de travail est décidé entreprise par entreprise au terme de négociations entre patronat et syndicats. "Un reniement politique" Avec une telle proposition, Louis Gallois porte un coup à une des lois emblématiques de la gauche, celle sur le temps de travail, mise en place par Martine Aubry en 1998, alors ministre des Affaires sociales. Plusieurs fuites sur ce rapport Gallois ont déjà fait état d'une possible baisse des cotisations sociales de 30 milliards d'euros, d'un recours à une hausse de la CSG, ou de la TVA. Avec la fin des 35 heures, François Hollande devrait une nouvelle fois prendre ses distances : "ce serait un véritable reniement politique", a confié un proche du chef de l'Etat au 'Parisien'. Pas un rapport enterré ? Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a une nouvelle fois défendu le rapport Gallois mercredi, alors que certains membres du gouvernement, parmi lesquels Arnaud Montebourg, Pierre Moscovici ou Marisol Touraine, ont émis de sérieuses réserves sur l'impact de ce document. "Le 5 (novembre), je recevrai le rapport de Louis Gallois et ça ne sera pas un rapport enterré, il va être utile, ce sera une contribution supplémentaire au travail que les membres du gouvernement font", a-t-il déclaré sur France Inter.