Le Portugal attire les riches Chinois avec un "Visa Gold" !

  • A
  • A
Le Portugal attire les riches Chinois avec un "Visa Gold" !
Partagez sur :

Ce permis de séjour est octroyé en échange d'un investissement de 500.000 euros au minimum.

Un permis de séjour en échange d'un investissement de 500.000 euros au minimum ! Ca se passe au Portugal, et ça marche... En treize mois, le pays a reçu 185 millions d'euros d'investissements de la part de 294 personnes étrangères, qui ont bénéficié en échange d'un permis de séjour, le "Visa Gold", selon un bilan d'étape publié ce matin dans 'Les Echos'.   Chinois en tête   En pratique, la très grande majorité des demandeurs de ces visas (228 sur 294) sont des Chinois, suivis de Russes (14 visas) et de Brésiliens (9 visas). Ces riches étrangers ont majoritairement investi dans l'immobilier portugais (500.000 euros minimum requis), plutôt que dans les deux autres formes d'investissement prévues pour l'octroi du Visa Gold, à savoir l'investissement en capital pour au moins un million d'euros, et la création d'au moins 10 emplois. Dans les trois cas, l'investissement doit avoir une durée minimum de cinq ans. Il donne ensuite droit au regroupement familial et peut mener à un permis de séjour permanent et même à l'obtention de la nationalité portugaise. Avec le "permis de résidence pour activité d'investissement" (le nom officiel du Visa Gold), les personnes concernées bénéficient aussi de la liberté de circuler et de travailler au sein de l'Union européenne.   Eviter la chute de l'immobilier   A Macao, ancien comptoir portugais en Chine, le guichet spécial ouvert au printemps dernier au consulat du Portugal ne désemplit pas, relève Swiss Impulse, un cabinet suisse de conseil et d'investissement, qui estime que les capitaux attirés par le Visa Gold vont continuer à augmenter compte-tenu des progrès du Portugal en matière d'attractivité et de compétitivité. De fait, si son succès se confirme et s'amplifie, le Visa Gold, lancé en octobre 2012 par le gouvernement de centre droit de Pedro Passos Coelho, pourrait  bien donner un petit coup de pouce à Lisbonne pour stopper la chute des prix immobiliers et sortir de la dépendance aux plans d'aide européens qui maintiennent financièrement le Portugal à flot depuis 2011...