La BPCE renouvelle sa confiance à François Pérol

  • A
  • A
La BPCE renouvelle sa confiance à François Pérol
Partagez sur :

Le président du directoire a été mis en examen pour "prise illégale d'intérêt"...

François Pérol avait indiqué qu'il ne souhaitait pas démissionner, malgré ses démêlés avec la justice... Le conseil de surveillance de la BPCE (Banque populaire-Caisse d'Epargne), dont il est le président du directoire, indique vendredi avoir "tenu à témoigner à nouveau, à l'unanimité, sa confiance" à son égard. Le conseil s'est réuni ce jour, suite "au souhait de François Pérol (...) de l'informer de sa mise en examen", explique un communiqué de l'établissement. François Pérol est poursuivi pour prise illégale d'intérêts. La justice enquête sur les conditions de sa nomination controversée en 2009, à la tête du groupe bancaire nouvellement créé, sous la présidence de Nicolas Sarkozy. Il avait été nommé à la tête de BPCE après avoir passé deux années à l'Elysée comme secrétaire général adjoint, chargé des dossiers économiques, entraînant des accusations de conflits d'intérêts. Les syndicats SUD et CGT ont porté plainte, reprochant à François Pérol d'avoir joué un rôle dans le rapprochement des Banques populaires et des Caisses d'épargne, alors qu'il était secrétaire général adjoint de l'Elysée. Or, la loi interdit à un fonctionnaire d'être embauché par des entreprises sur lesquelles il exerce une autorité directe. Fin d'un contrat historique ? François Pérol doit être entendu cette semaine par le juge d'instruction Roger Le Loire, dans le cadre de cette enquête ouverte en juin 2012. Le délit de prise illégale d'intérêts est puni d'une peine de prison pouvant atteindre jusqu'à cinq ans et de 500.000 euros d'amende. Selon des proches du dossier cités par 'Le Parisien', l'accélération de l'enquête ces derniers jours pourrait aussi être liée aux velléités de François Pérol de mettre fin, à terme, au contrat historique qui lie les Caisses d'Epargne à la CNP en matière d'assurance-vie... Un projet auquel s'oppose la Caisse des Dépôts, principal actionnaire de la CNP, et dont le directeur général, Jean-Pierre Jouyet, est un proche de... François Hollande.