L'Autorité de la concurrence inflige plusieurs sanctions aux acteurs de la filière porcine

  • A
  • A
L'Autorité de la concurrence inflige plusieurs sanctions aux acteurs de la filière porcine
Partagez sur :

Huit abatteurs de porcs ainsi que deux organismes professionnels ont été sanctionnés pour avoir mis en oeuvre plusieurs pratiques d'entente

L'Autorité de la concurrence a condamné huit abatteurs de porcs ainsi que deux organismes professionnels pour avoir mis en oeuvre plusieurs pratiques d'entente. Le montant total des sanction s'élève à 4,57 millions d'euros. Entente sur les quantités "La principale pratique sanctionnée est une fixation concertée des quantités de porcs achetées par cinq grands abatteurs bretons (Abera, Bernard, Gad, Groupe Bigard et Socopa Viandes), dans le but, notamment, de faire baisser le prix du porc payé aux éleveurs", souligne l'organisme de contrôle dans le rendu de sa décision. Ces derniers ont diminué artificiellement la demande de porcs vivants, entraînant un recul significatif des prix, et ce "au détriment des éleveurs-producteurs", précise l'Autorité. Au total, le montant des sanctions pour cette fraude s'élève à 4,51 millions d'euros.  Le Syndicat professionnel des abatteurs condamné L'Autorité a également sanctionné le syndicat professionnel des abatteurs (SNCP, devenu depuis French Meat Association) à 10.800 d'euros d'amende pour avoir diffusé des consignes de prix à ses adhérents, pendant plusieurs années et de façon répétée. La démarche avait pour but de "contrer les promotions sur la viande de porc fraîche à la découpe organisées par la grande distribution". En outre, le syndicat encourageait ses membres à ne pas accepter de vendre leur viande porcine aux enseignes de la grande distribution en dessous d'un certain prix de référence. D'autres pratiques antitrust ont été relevées dans le secteur et sanctionnées, mais dans le contexte de crise actuelle, l'Autorité précise que le montant des amendes est proportionné "à la situation individuelle de chaque entreprise et organisme".