L'arrivée de Free mobile pourrait tuer les revenus du secteur

  • A
  • A
L'arrivée de Free mobile pourrait tuer les revenus du secteur
Partagez sur :

Alors que l'Europe est déjà à la traîne par rapport à l'Amérique du Nord...

La croissance du marché européen du mobile est bien inférieure à celui de l'Amérique du Nord. Telle est l'une des conclusion du rapport annuel de l'Institut de l'audiovisuel et des télécoms en Europe, publié ce jeudi. L'Idate observe ainsi régulièrement 5 points d'écart de croissance de revenus depuis 2008 entre les deux marchés : - 0,5% pour l'Union européenne en 20011 contre + 4,7% pour l'Amérique du Nord. La différence de maturité n'est plus un facteur d'explication à l'écart constaté, selon l'Idate. La crise économique que traverse le Vieux continent explique en partie cette situation mais "il y a aussi l'intensification de la concurrence". Et pour l'illustrer, l'Idate cite l'arrivée du quatrième opérateur Free mobile sur le marché français, qu'il "faudra observer de près", prévient-il car "on risque d'avoir une guerre des prix avec un recul violent des revenus du secteur et des marges des opérateurs"... L'Idate reconnaît que les consommateurs vont bénéficier à court terme de cette concurrence provoquant en contrepartie un recul des investissements. Au moment de l'arrivée de Free Mobile, les opérateurs historiques ont d'ailleurs justifié leurs tarifs par ces efforts d'investissements. A cette allure, et compte tenu du retard pris par le Vieux continent, "il est probable que, d'ici à 2020, les réseaux en fibre optique ne desserviront qu'à peine plus de la moitié des Européens", estime l'Idate. "La situation du secteur des télécommunications en Europe est donc médiocre et même plutôt alarmante", conclut l'Institut. Pour se sortir de ce mauvais pas, les opérateurs doivent tourner le dos aux "forfaits conçus essentiellement autour d'une segmentation basée sur les niveaux de consommation" et faire intervenir "des facteurs de qualité", (vitesse, latence), "d'intensité de consommation" ou encore "d'intégration d'applications", explique l'Idate. Et pour cela, les autorités européennes et nationales doivent apporter leur soutien aux opérateurs...