F.Hollande à Florange, promet un projet de loi pour leur venir en aide

"Si cette loi n'est pas votée avant le mois de mai, alors, quel que soit mon avenir, je reprendrai ce texte, parce que je vous le dois", a-t-il dit...

Alors que le président-candidat Nicolas Sarkozy s'est rendu sur le site Petroplus de Petit-Couronne annonçant son redémarrage temporaire, son adversaire à la présidentielle François Hollande s'est rendu sur le site d'ArcelorMittal à Florange. "Je ne suis pas simplement venu vous dire ma solidarité (...) On va tout faire pour que ce site, ici, puisse se développer, se moderniser, voilà mon message devant vous", a-t-il assuré. Le candidat a promis qu'il déposerait un projet de loi avant la fin de la session parlementaire afin d'obliger les groupes à céder des unités de production à des repreneurs. "Quand une grande firme ne veut plus d'une unité de production mais ne veut pas non plus la céder, nous en ferons une obligation", a-t-il dit. Une idée qu'il avait déjà évoqué en janvier sur le site voisin de Gandrange. "Si cette loi n'est pas votée avant le mois de mai, alors, quel que soit mon avenir, je reprendrai ce texte, parce que je vous le dois", a martelé le candidat PS à l'élection présidentielle. La réunion du comité d'entreprise qui s'est tenu jeudi, a officialisé la prolongation de l'arrêt des deux hauts-fourneaux du site. La direction d'ArcelorMittal a assuré qu'aucun licenciement n'était prévu. Environ 500 salariés seraient concernés par cet arrêt temporaire pour lesquels un dispositif d'indemnisation et d'accompagnement a été mis en place. En revanche, les baisses de production sur d'autres secteurs de l'usine touchent 2.500 salariés sur environ 5.000, parmi lesquels 2.000 sous-traitants et intérimaires. Pour ceux-là, des mesures de chômage partiel s'appliquent.