Europe : Moody's tire la sonnette d'alarme

  • A
  • A
Europe : Moody's tire la sonnette d'alarme
Partagez sur :

Aucun pays du Vieux continent n'est à l'abri d'une dégradation de sa note souveraine...

"La poursuite de la dégradation rapide de la crise du crédit bancaire et souverain de la zone euro menace le niveau de toutes les notes souveraines européennes", alerte Moody's, dans un rapport spécial diffusé tôt ce matin. "En l'absence de mesures politiques pour stabiliser les conditions de marché à court terme, ou bien si ces conditions se stabilisent pour toute autre raison, le risque crédit va continuer à s'accroître". L'agence de notation ajoute que le temps qui passe joue contre les nations de la région. "Alors que la zone euro dans son ensemble dispose de solides atouts économiques et financiers, les faiblesses institutionnelles continuent à empêcher la résolution de la crise et pèsent sur la notation", selon Moody's, qui pense que la région approche d'un moment-clé : soit une meilleure intégration, soit une plus grande fragmentation. Le scénario central de l'agence reste que la zone euro sera préservée sans défaut supplémentaire, même si cette issue qui semble positive comporte des "implications crédit très négatives" durant la période de transition. Elle craint qu'une réponse politique musclée n'intervienne qu'après une nouvelle série de chocs. Cependant, Moody's souligne que la perspective d'un scénario plus négatif s'est accentuée ces dernières semaines. "La probabilité de multiples défauts parmi les pays de la zone euro n'est plus négligeable", continue l'agence, qui craint qu'une telle hypothèse n'entraîne également une ou plusieurs sorties de la zone euro. La fragmentation de la région aurait évidemment des répercussions négatives sur la totalité des Etats membres. Plus globalement, en l'absence d'initiatives politiques majeures dans un futur proche, de nature à stabiliser les conditions sur le marché du crédit, ou d'une stabilisation pour toute autre raison, Moody's estime être sur le point d'atteindre le moment où il lui faudra revisiter toute l'architecture de son système de notation de la zone Euro, et sans doute ailleurs en Europe. Elle signale que ce repositionnement aura lieu au premier trimestre 2012, ce qui en d'autres termes signifie qu'elle laisse quelques semaines aux dirigeants politiques européens pour répondre de façon adaptée à la crise actuelle, sans quoi le couperet devrait tomber.