Delphine Batho, victime des pressions de groupes industriels

  • A
  • A
Delphine Batho, victime des pressions de groupes industriels
Partagez sur :

L'ex-ministre de l'Ecologie a donné sa version des faits, en conférence de presse...

Limogée pour avoir critiqué le "mauvais budget" alloué à son ministère de l'Ecologie, Delphine Batho a estimé jeudi que le gouvernement avait cédé aux pressions de certains groupes, plutôt que de faire avancer la cause de l'écologie. En critiquant la baisse de ses crédits, la ministre pensait "provoquer la discussion" mais elle n'imaginait pas être congédiée. Pressions "C'est sur l'écologie que se concentre l'affrontement avec le monde de la finance et la politique de l'austérité", a déploré Delphine Batho. Selon elle, "certaines puissances économiques n'acceptaient pas le niveau d'ambition que je fixais pour la transition énergétique", en particulier sur la question des gaz de schiste et la réduction de la part du nucléaire en France. "Ces forces dont je parle ne se sont pas cachées de vouloir ma tête mais si le gouvernement avait été solidaire, elles n'y seraient pas parvenues", a-t-elle ajouté. L'ex-ministre a notamment pointé du doigt l'attitude du PDG de Vallourec : "Est-il normal qu' (il) ait annoncé ma chute prochaine voilà des semaines aux USA?", s'est-elle interrogée. "Que le patron de Vallourec dise que je suis un désastre parce que je fais rempart au gaz de schiste et que je veux réduire la part du nucléaire, c'est une chose, qu'il annonce ma mise à l'écart à l'avance, c'en est une autre", a ajouté Delphine Batho. Selon 'Challenges', Philippe Crouzet aurait déclaré lors d'un voyage outre-Atlantique que "le problème Batho était en passe d'être réglé"... Jérôme Cahuzac n'a pas eu le même traitement Au passage, Delphine Batho a critiqué l'attitude du gouvernement à son égard, dans le communiqué envoyé par l'Elysée pour acter son limogeage. "J'observe que Jerôme Cahuzac a été remercié et salué pour son travail pour la République et que ça n'a pas été le cas pour moi", a-t-elle fustigé. L'ex ministre du Budget a quitté ses fonctions après avoir reconnu détenir un compte à l'étranger. Peu de temps avant, il avait juré le contraire devant l'Assemblée nationale.