Bitcoin : une nouvelle plateforme dans la tourmente

  • A
  • A
Bitcoin : une nouvelle plateforme dans la tourmente
Partagez sur :

A travers le monde, les autorités cherchent à réguler la monnaie virtuelle.

Après les déboires de la plate-forme de Bitcoins MtGox, la société canadienne Flexcoin est à son tour dans la tourmente. La police du pays a décidé d'enquêter indique l'agence de presse Reuters, la banque en ligne de la monnaie virtuelle ayant annoncé cette semaine qu'elle mettait la clé sous la porte suite à un acte de piratage qui lui a fait perdre 600.000 dollars. Peu de recours possibles Sur son site internet, Flexcoin explique que les hackers ont transféré des "coins" entre comptes-utilisateurs, en exploitant une faille dans le code. "En envoyant des milliers de requêtes simultanées , ils sont parvenus à déplacer les pièces d'un compte utilisateur à un autre jusqu'à ce que le compte d'envoi soit à découvert", regrette-t-elle. Les utilisateurs de Flexcoin ayant perdu leurs "coins" lors de l'attaque par des pirates informatiques ont peu de chance de récupérer leur argent. Un procès en "class action" pourrait toutefois être envisagé, a expliqué à Reuters un avocat de Toronto, Stuart Hoegner. Les autorités se saisissent du problème Cette affaire démontre un peu plus la vulnérabilité de la monnaie virtuelle, qui n'est pas encadrée par les grandes banques centrales et peut servir au blanchiment d'argent. A travers le monde, les autorités ont donc décidé de se saisir de la question. Le Japon envisagerait ainsi de taxer les transactions en "Bitcoin", a indiqué cette semaine la presse japonaise. En France, le ministre de l'Economie Pierre Moscovici a annoncé mercredi son intention de saisir les Etats membres de l'Union européenne afin de porter le sujet à l'examen du Conseil. "Il ne s'agit pas de bannir ces monnaies mais il faut en assurer un encadrement précautionneux", a-t-il déclaré. Enfin, aux Etats-Unis, la nouvelle présidente de la Fed, Janet Yellen a déclaré la semaine dernière qu'il serait bienvenu que le Congrès américain se penche sur les solutions juridiques disponibles pour réguler la monnaie virtuelle.