Bitcoin : la gendarmerie démantèle une plate-forme d'échange illicite

  • A
  • A
Bitcoin : la gendarmerie démantèle une plate-forme d'échange illicite
Partagez sur :

A Toulouse, l'enquête a mis à jour plus de 2.500 transactions illégales.

Il s'agit d'une première en France. A Toulouse, la gendarmerie nationale a démantelé une plate-forme illégale d'échange de monnaie virtuelle, dite Bitcoins, annonce-t-elle sur son compte Twitter. L'enquête "a mis à jour 2.750 transactions illicites pour un préjudice de plus d'un million d'euros", précise-t-elle. Selon Reuters, qui a interrogé le parquet de Foix, 388 "bitcoins" d'une valeur avoisinant les 200.000 euros ont été saisis. Dans cette affaire, trois individus ont été interpelés, à Cannes, Nice et Toulouse en milieu de semaine dernière. Trafics en tout genre Ces derniers mois, cette monnaie virtuelle a fait l'objet de nombreuses controverses, en raison de sa volatilité mais pas seulement. Faute de réglementation suffisante, le Bitcoin favorise les trafics en tout genre. Les personnes n'ayant pas participé au processus de création de la monnaie - stockée sur les ordinateurs et disques durs - peuvent en effet s'en procurer, via des plateformes qui proposent l'achat/vente contre des devises légales et ce, en tout anonymat. Réglementation plus stricte Vendredi, l'Autorité bancaire européenne a donc plaidé pour la mise en oeuvre de nouvelles règles plus contraignantes. Selon elle, l'anonymat est une vraie source d'inquiétude, alors qu'il n'y a pas de garanties en termes de sécurité informatique ou de solvabilité des acteurs.