Arnaud Montebourg souhaite "bonne chance" à Emmanuel Macron

  • A
  • A
Arnaud Montebourg souhaite "bonne chance" à Emmanuel Macron
Partagez sur :

"Au fond nous sommes deux hommes de conviction qui appartenons à la même famille", a délcaré le nouveau ministre de l'Economie.

La passation de pouvoirs entre Arnaud Montebourg et Emmanuel Macron a eu lieu ce mercredi au ministère de l'Economie. L'énarque de 36 ans qui reprend donc les rênes de Bercy a reconnu qu"il n'avait pas toujours eu "les mêmes sensibilités", avec l'ex-ministre du Redressement productif. "Mais au fond nous sommes deux hommes de conviction qui appartenons à la même famille", a-t-il ajouté. Redonner confiance Critiqué par les frondeurs du Parti socialiste, adoubé par les entrepreneurs, Emmanuel Macron veut avant tout "rassembler". Il faut "réveiller ces énergies, les mettre en marche et redonner à la France sa place", a-t-il déclaré au moment de sa prise de fonctions. Le deuxième objectif du nouveau ministre de l'Economie est de "redonner confiance". Celle que "les investisseurs, l'étranger, doivent avoir dans notre pays et de restaurer aussi la confiance que les Français doivent avoir en eux-mêmes", a-t-il martelé. Arnaud Montebourg lui souhaite "bonne chance" Arnaud Montebourg qui avait ouvertement réclamé un changement de cap économique ce week-end, conduisant à la démission du gouvernement a "repris sa liberté" en début de semaine. Il avait dit rendre son tablier avec le sentiment du devoir accompli. "Il faut savoir quitter la scène quand on ne sait pas jouer plus longtemps la comédie (...) bonne chance Manu", a-t-il déclaré ce mercredi. Emmanuel Macron a du pain sur la planche, alors que l'économie française est au point mort. Outre l'application du Pacte de responsabilité, il va devoir s'attaquer au dossier des professions réglementées. Il devra aussi, aux côtés du ministre des Finances, traiter l'épineuse question du déficit public de la France. Michel Sapin a en effet prévenu que, faute de croissance, il dépassera les 4% du PIB fin 2014 contre un objectif initial de 3,8%.