ADP : l'Etat poursuit sa politique de cessions de participation

  • A
  • A
ADP : l'Etat poursuit sa politique de cessions de participation
Partagez sur :

Bercy va céder autour de 10 millions d'actions d'ADP, après EADS et Safran...

Afin de soutenir le développement de certains secteur d'avenir, l'Etat s'est engagé dans une politique de cessions de certaines participations... Ce jeudi, le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici a annoncé son intention de céder environ 10 millions d'actions dans Aéroports de Paris, tout en restant actionnaire majoritaire. Le montant de l'opération atteindrait donc 691 millions d'euros. L'Etat détient actuellement 54,5% du capital d'ADP alors que le Fonds stratégique d'investissement en détient 5,6%. Des cessions dans Safran et EADS Pour mémoire, fin avril, le gouvernement a cédé environ 17,6 millions d'actions EADS, représentant près de 2,1% du capital. Le montant de l'opération a représenté 707 millions d'euros. Quelques semaines plus tôt, il avait vendu 13 millions d'actions dans Safran - soit 3,12% du capital - pour un montant de 448,5 millions d'euros, tout en restant le premier actionnaire de l'entreprise. EDF et GDF Suez, prochaines cibles ? D'autres entreprises pourraient être concernées par ces cessions, les participations directes de l'Etat dans des sociétés cotées en Bourse représentant une valeur d'environ 62,5 milliards d'euros. EDF a été cité par plusieurs experts comme cible évidente. Il faut dire que la participation étatique s'y élève à 84,4%, soit la plus importante. GDF Suez a également été évoqué. Les analystes estiment cependant que le gouvernement attendra avant de procéder à ces cessions, les cours de Bourse étant au plus bas. L'action EDF vaut actuellement 17,56 euros contre 36,05 euros, trois ans plus tôt. De son côté, le titre GDF Suez a perdu près de 10 euros sur la même période pour s'établir à 16,09 euros...