Mélenchon et Le Pen : l'impossible débat

Par Europe1.fr

Publié le 24 février 2012 à 14h07 Mis à jour le 24 février 2012 à 14h35

Débat Le Pen Mélenchon © CAPTURE D'ECRAN

Les deux candidats étaient face à face, sur France 2, mais ne se sont pas vraiment affrontés.

La confrontation promettait d'être musclée. Elle a finalement tourné au dialogue de sourds. Accusant France 2 de "déshonorer le service public" en voulant lui "imposer de force cet adversaire", Marine Le Pen avait prévenu qu'elle ne débattrait avec Jean-Luc Mélenchon lors de son passage dans l'émission Des paroles et des actes. Dès lors, lorsque le candidat du Front de Gauche a pointé le bout de son nez sur le plateau vers 22h40, Marine Le Pen a exigé, de celui qu'elle appelle "l'insulteur public", des "excuses" aux millions de Français" qui votent pour elle et qu'il a "insultés" à travers elle. En vain.

Le duel annoncé entre les deux candidats, habitués à croiser le fer depuis 10 ans, s'est alors déroulé dans un climat tendu, laissant place à une succession de monologues. Entre sourires crispés et invectives, Europe1.fr passe en revue les moments forts de ce très étrange duel.


Acte I : "Ouhou, je suis là"

Marine Le Pen (s'adressant à David Pujadas). "En organisant ce débat vous ne répondez pas aux attentes des Français. Ce débat a été organisé pour une logique commerciale", se plaint-elle auprès du présentateur David Pujadas, se gardant bien dans le même temps de regarder Jean-Luc Mélenchon. "Vous êtes un peu le Paul Amar des temps modernes, vous auriez pu nous donner des gants de boxe", lance-t-elle à David Pujadas. Le journaliste tient de son côté à clarifier les choses : "il n'y a aucun traitement spécial qui vous a été réservé."

Jean-Luc Mélenchon : "Ouhou, je suis là".

Acte II : la polémique "semi-démente"

Marine Le Pen. La candidate FN reproche à son interlocuteur de l'avoir traité de "semi-démente".

Jean-Luc Mélenchon. "Ça vous laisse une bonne moitié".


Acte III : une question de légitimité ?

Marine Le Pen. "Ce débat n'a pas de sens parce que d'abord, vous n'êtes pas du tout au même niveau électoral que moi".

Jean-Luc Mélenchon. "Prenez-moi de moins haut. Je suis crédité dans les sondages au même score que celui que votre père a fait à la dernière présidentielle".

Acte IV : Le Pen refuse de débattre

Marine Le Pen. "Je ne veux pas débattre, monsieur Pujadas"

Jean-Luc Mélenchon. "Que faites-vous là ?

Marine Le Pen. "C'est un petit peu mon émission".

Jean-Luc Mélenchon : "Alors est-ce que je peux parler tout seul ?"

Acte IV : Mélenchon vide son sac...en vain

Jean-Luc Mélenchon. "J'ai l'intention de combattre votre infâme parti partout où je le pourrai". "On vous mettra la pilée que vous méritez"."Vous ne servez à rien". "Vous ne servez qu'à distiller de la haine. Regardez-moi quand je vous parle !", lui dit-il alors que la candidate du Front national est faussement plongée dans la lecture de journaux.

Marine Le Pen. "Je ne peux pas discuter avec un leurre."

Jean-Luc Mélenchon. Si j'étais un leurre, vous n'auriez pas si peur". "Elle ne veut pas parler, elle a perdu ses moyens".

Marine Le Pen. "J'ai une trop haute opinion des électeurs que je représente pour me soumettre à une farce."

A la sortie de l’émission, Jean-Luc Mélenchon a confié à Europe 1 avoir été "stupéfait et amusé". "J’estime qu’elle s’est couverte de ridicule", a jugé le candidat du Front de gauche, fier d’avoir "fait baisser les yeux à Le Pen".

  • a a
63

Et aussi

En ce moment sur Europe 1

Les dernières infos politiques
  1. 11h34

    Plan d’économies : Le Roux menace les députés PS frondeurs

  2. 11h04

    Royal dément interdire les décolletés dans son ministère

  3. 09h36

    Touraine pas gênée par "les décolletés légers" dans son ministère

  4. 08h04

    Sarkozy avec Giulia dans les rues de New York

  5. Hier

    VIDEO - Européennes : passe d’armes Morano-Philippot

  6. Hier

    Gaspard Gantzer nommé chef du pôle communication de l'Elysée

  7. Hier

    Morano : "je ne me représenterai pas aux législatives de 2017"

  8. Hier

    Philippot : "embaucher des Français sur des chantiers français, cela me semble logique"

  1. Hier

    Pour Morano, Philippot "angoisse même au sein de son propre parti"

  2. Hier

    Un maire FN refuse de commémorer l'abolition de l'esclavage

  3. Hier

    François Hollande hué : "Jaurès, il parlait pas comme vous"

  4. Hier

    A Mantes-la-Ville, un comité pour mettre le FN "sous surveillance"

  5. Hier

    Le Parlement siègera en session extraordinaire en juillet

  6. Hier

    Wauquiez : "il faut une Europe à plusieurs vitesses"

  7. Hier

    Cahuzac : "le prix de la vérité était trop lourd"

  8. Hier

    Manifestation des Femen contre le FN

  1. Hier

    Fabius prône l’ouverture des magasins le dimanche

  2. Hier

    Apparu riposte au canular qui a dévoilé son numéro de téléphone

  3. Hier

    Les eurosceptiques anglais rejettent la main tendue du FN

  4. Hier

    Légion d'honneur : Me Kiejman et Renaud Lavillenie

  5. Hier

    Cambadélis : le PS "touché mais pas coulé"

  6. Hier

    Hollande "souhaite un plein succès" à Bouteflika

  7. Hier

    Valérie Fourneyron est sortie de l'hôpital

  8. Hier

    Hollande déclare n'avoir "aucune raison d'être candidat" si le chômage ne baisse pas

  1. Hier

    Hollande : Aquilino Morelle a "pris la seule décision qui convienne"

  2. Hier

    Présidence de Lille Métropole : Castelain succède à Aubry

  3. Hier

    Aquilino Morelle annonce sa démission

  4. Hier

    Non, Morelle n’avait pas demandé l’autorisation à l’Igas

  5. Hier

    EELV "ne votera pas en l'état" le plan d'économies de Valls

  6. Hier

    La visite de Hollande en Auvergne, "c'est râpé"

  7. Hier

    "Affaire Morelle" : Cambadélis monte au créneau

  8. Hier

    "A. Morelle doit démissionner", tweete un député PS

  1. Hier

    Le PS va lever sa tutelle sur les fédérations des Bouches-du-Rhône et du Pas-de-Calais

  2. Hier

    Jean-Marie Le Pen : en 2002, "nous n'étions pas prêts"

  3. Hier

    Liens avec les labos : la réponse d'Aquilino Morelle

  4. Hier

    Pour Valandrey, Trierweiler a été "humiliée"

  5. Hier

    RSA : Cambadélis demande "un petit coup de pouce"

  6. Hier

    Cambadélis : "Valls a pris le taureau par les cornes"

  7. Hier

    Cohn-Bendit : "Je laisse la place aux générations montantes"

  8. Hier

    Voynet nommée à l'Igas, Bartolone voit rouge

  1. Hier

    Catherine Deneuve tacle Sophie Marceau et défend Hollande

  2. Hier

    En fait, Noël Mamère va cumuler

  3. Hier

    Gérard Collomb réélu président du Grand Lyon

  4. Hier

    Bruno Le Roux tente d'étouffer la fronde des députés PS

  5. Hier

    Une partie du PS "atterrée" par les annonces de Valls

  6. Hier

    Les vibrants adieux de Cohn-Bendit au Parlement européen

  7. Hier

    Tarifs d’EDF : Royal laisse les experts sceptiques

  8. Hier

    Salaires des fonctionnaires : Valls confirme "le gel du point d'indice"

  1. Hier

    Valls : pas de remise en cause "du Smic"

  2. Hier

    Valls détaille son plan d'économies de 50 milliards

Europe 1 sur les réseaux sociaux
Europe 1 Vidéos

Pour retrouver les vidéos d'Europe1, cliquez ici

Humour, politique, culture, sport, économie, découvrez toutes les vidéos d'Europe1.

Toutes les vidéosVidéos les plus vues
Evénement