Les "montagnes russes" de Petroplus

Par Gaétan Supertino

Publié le 7 février 2013 à 13h36 Mis à jour le 16 avril 2013 à 13h36

Douche froide pour les salariés de Petroplus. Alors que l'avenir de la raffinerie de Petit-Couronne semblait assuré mardi soir, après le dépôt de cinq offres dont deux étaient jugées "sérieuses et financées" par Arnaud Montebourg, les administrateurs judiciaires n'ont finalement retenu aucun des dossiers proposés

Douche froide pour les salariés de Petroplus. Alors que l'avenir de la raffinerie de Petit-Couronne semblait assuré mardi soir, après le dépôt de cinq offres dont deux étaient jugées "sérieuses et financées" par Arnaud Montebourg, les administrateurs judiciaires n'ont finalement retenu aucun des dossiers proposés © REUTERS

RECIT - La raffinerie a connu moult péripéties en quelques jours. Revivez chaque chapitre.

"Il y a eu tant d'offres, considérées comme solides, qui n'ont jamais eu de signature. Cela fait un an et demi qu'on vit des montagnes russes", déplorait mercredi le délégué CGT de Petroplus, Yvon Scornet, au micro d'Europe1. Les "montagnes russes", il les a subies de nouveau, condensées en l'espace de quelques jours. Dans ce dossier, les pouvoirs publics se sont montrés tour à tour prudents, pessimistes, puis pleins d'espoir et de nouveau prudents, au sujet de cette raffinerie en redressement judiciaire. L'usine, qui n'avait aucun repreneur crédible, en a vu arriver cinq in extremis… avant que leurs offres ne soient jugées non valables en l'état par les administrateurs judiciaires. Pourtant, tout n'est pas perdu, a encore affirmé jeudi le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici.

>>> Vous avez manqué un détail nécessaire à la compréhension de ce pataquès ? Europe1.fr vous le résume en cinq chapitres.

• Le pessimisme, par Matignon. Le train des "montagnes russes" semblait en début de semaine destiné à croupir dans un entrepôt. Ayant peu d'espoir concernant la raffinerie, l'entourage du Premier ministre l'a fait savoir lundi, après une réunion avec l'intersyndicale. "C'est un dossier difficile sur lequel l’État s'est beaucoup mobilisé mais les chances de succès sont limitées. Nous avons évoqué comment serait financé un plan social dans l'hypothèse où le tribunal ne jugerait aucune offre crédible", a-t-on indiqué à Matignon. Peu d'éléments laissaient alors entrevoir un dénouement heureux. Seul un repreneur, Net Oil, s'était manifesté pour la raffinerie, mais il avait déjà été retoqué par le tribunal de commerce.

>> À lire : Petroplus, le temps presse désormais

• L'espoir, par Montebourg. Le lendemain, le train Petroplus est monté d'un (petit) étage, celui du "tout n'est pas perdu". "Limité n'est pas impossible", a en effet réagi Arnaud Montebourg sur RTL, rebondissant sur les propos de Matignon. "L’État est disposé à participer de façon minoritaire dans la reprise. Nous sommes disponibles pour accompagner un offreur", annonçait-il dans la foulée, dans l'espoir d'attirer un providentiel repreneur.

• Le rebondissement, par l’Égyptien, le Suisse, et les autres. Quelques heures après les déclarations d'Arnaud Montebourg, le manège s'est emballé, de manière inattendue. Juste avant la date limite du dépôt des dossiers au tribunal de commerce, cinq offres étaient déposées sur le bureau du juge. Deux "paraissent sérieuses et financées", s'est alors réjoui Arnaud Montebourg. Et de citer le l'Egyptien Arabiyya lel Istithmaraat et le Suisse Terrae.

>> À lire : cinq offres de reprise pour Petroplus

• La douche froide, par le tribunal de commerce de Rouen. Après un looping au sommet du manège, le wagon est redescendu brutalement. Mercredi, les administrateurs judiciaires ont annoncé qu'ils ne retenaient aucune offre. "Elles demandent à être finalisées", ont-ils expliqué. Montant du financement, du nombre de salariés retenus… le tribunal de commerce a jugé qu'il manquait des détails nécessaires. Et ils ont envoyé les premières lettres de licenciements aux salariés.

>> À lire : aucune offre retenue en l'état

• Le combat, par Pierre Moscovici. Malgré la mauvaise nouvelle, il reste encore (un peu) de charbon dans la locomotive. Car les juges laissent aux repreneurs jusqu'au mois d'avril avant d'entériner la faillite de Petroplus, le temps qu'ils peaufinent leurs offres. "Les salariés ne doivent pas abandonner l'espoir", a déclaré jeudi Pierre Moscovici. Et de poursuivre : "Je peux vous dire que le gouvernement est prêt à faire en sorte que l’État prenne une participation minoritaire. Nous continuons à être présents sur ce dossier, le gouvernement ne désarme pas."

  • a a
0

Et aussi

> Suivez l'info Europe 1 en continu sur , et réagissez sur

En ce moment sur Europe 1

Les dernières infos économiques
  1. 10h21

    Montebourg "travaille à d’autres solutions" pour Alstom

  2. 08h16

    Retraites : le coup de pouce serait un "crédit d’impôt"

  3. 07h43

    Médicaments : Touraine espère faire 3,5 milliards d’économies

  4. 07h03

    Standard and Poor's confirme la note AA de la France

  5. Hier

    Manuel Valls confirme une "mesure forte" pour les retraités

  6. Hier

    General Electric voudrait racheter Alstom

  7. Hier

    Économies : le détail des 50 milliards sur 3 ans

  8. Hier

    Plan de stabilité : "un bras d'honneur politiquement correct"

  9. Hier

    Déficit : le gouvernement table sur 3,8% en 2014, 3% en 2015

  10. Hier

    Combien d'euros en moins dans le portefeuille des retraités ?

  1. Hier

    Croissance : le Haut conseil des finances publiques plutôt optimiste

  2. Hier

    Suisse : bientôt un Smic à 3.240 euros ?

  3. Hier

    Economies : "Le dialogue avec le gouvernement continue" (Le Roux)

  4. Hier

    L'incompétence coûte cher aux entreprises françaises

  5. Hier

    Le château de Catherine Deneuve est en vente

  6. Hier

    Lepaon appelle les salariés à se "mobiliser"

  7. Hier

    Taxis : la fréquentation en baisse de 20% ?

  8. Hier

    Déficit : les trois scénarios alternatifs du PS à la méthode Valls

  9. Hier

    Xavier Beulin : les charges des agriculteurs "vont baisser de 3%"

  10. Hier

    Dosettes : Nespresso s'engage à modifier ses pratiques commerciales

  1. Hier

    Réduction des déficits : Montebourg veut des "contreparties" de Bruxelles

  2. Hier

    La Redoute supprime son "gros catalogue"

  3. Hier

    Reims : bonne nouvelle sur le front de l'emploi

  4. Hier

    La création d'entreprises en baisse en mars

  5. Hier

    PSA : en colère, ils offrent leurs primes aux Restos du Coeur

  6. Hier

    Smic : la proposition de Gattaz est "esclavagiste"

  7. Hier

    Angola : le projet à grande échelle de Total

  8. Hier

    3% de déficit : Sapin promet de les atteindre sans délai

  9. Hier

    Les eurodéputés votent l'union bancaire

  10. Hier

    Nantes : la fermeture de l'usine de la Seita confirmée

  1. Hier

    Smic : la proposition choc de Pierre Gattaz

  2. Hier

    La Société Générale condamnée à payer 2 millions d'euros

  3. Hier

    Ecotaxe : Royal veut faire payer les camions étrangers

  4. Hier

    Tarifs EDF : Pas de hausse avant le mois d'août

Europe 1 sur les réseaux sociaux
Europe 1 Vidéos

Pour retrouver les vidéos d'Europe1, cliquez ici

Humour, politique, culture, sport, économie, découvrez toutes les vidéos d'Europe1.

Toutes les vidéosVidéos les plus vues