Alerte info Aquilino Morelle annonce sa démission > En savoir plus

Budget de l'UE : la PAC va-t-elle trinquer ?

Par Charles Carrasco

Publié le 22 novembre 2012 à 23h29 Mis à jour le 22 novembre 2012 à 23h29

Budget de l'UE : la PAC va-t-elle trinquer ?

© Reuters

L'Europe est divisée sur la baisse du budget de la politique agricole commune. Les agriculteurs sont inquiets.

• Le contexte. C'est l'un des enjeux fondamentaux de l'Europe pour les années à venir. Réunis à Bruxelles jeudi et vendredi, les dirigeants européens doivent, entre autre, se mettre d'accord sur le budget de la Politique agricole commune (PAC). Pas une mince affaire lorsque l'on sait qu'elle représente à elle seule près de 40% du budget européen et que les agriculteurs européens sont inquiets pour leur avenir.

François Hollande sera donc en première ligne étant donné que la France est la première bénéficiaire des aides à destination de l'agriculture. A son arrivée le président a insisté que la PAC, "n'est pas française mais européenne" et "a correspondu à un développement de l'Europe et à un développement de nos échanges".

>>> A lire : Cameron prêt à en découdre

Hollande, le "Roosevelt européen" ?

© Reuters

• Les propositions initiales. La Commission européenne a proposé de ramener la PAC de 420,6 milliards d'euros pendant la période précédente (2007-2013) à 386 milliards. Le président du conseil européen, Herman Van Rompuy a lui soumis une première proposition aux 27 dirigeants européens qui prévoit notamment de faire passer les aides à la PAC de 390 à 364,4 milliards d'euros, soit une baisse de 25 milliards d'euros.

Les pays divisés. La France, l'Espagne, l'Irlande, la Roumanie, l'Autriche ou le Portugal sont partisans d'un maintien d'une politique ambitieuse de la PAC. A l'inverse, d'autres pays sont davantage favorables à une réduction des budgets, comme le Royaume-Uni, les Pays-Bas, la Suède, le Danemark ou encore l'Allemagne.

>>> A lire : Budget européen : le difficile compromis

Agriculteur cherche l’amour désespérément

© MAXPPP

• Les trois piliers de la Pac impactés :

- Si le projet de la Commission était validé, les aides directes versées aux agriculteurs passeraient de 286 milliards d'euros à 269 milliards d'euros, soit une baisse de 6%.

- Le second pilier, qui correspond aux aides indirectes, destinées au développement rural, serait lui raboté de 10%.

- Enfin, le fond de gestion de crise ne disposerait plus que de 2,8 milliards d'euros contre 3,9 milliards lors de la période précédente.

Budget de l'UE : la PAC va-t-elle trinquer ?

© Reuters

• La "ligne rouge" de la France. Elle défendra bec et ongles la PAC car la première puissance agricole d'Europe est aussi la première bénéficiaire de ses aides (7,7 milliards d'aides par an). Paris pourrait admettre que son budget soit ramené de 421 milliards d'euros sur la période précédente (2007-2013) à 386 milliards, comme le propose la Commission européenne, au nom des efforts de maîtrise budgétaire. Mais il s'agit d'une "ligne rouge", a prévenu le ministre des Affaires européennes Bernard Cazeneuve. En revanche, la proposition d'Herman Von Rompuy a été jugée inacceptable.

Même son de cloche au ministère de l'Agriculture. "Il est très clair que pour nous, les 75 milliards de coupes dans le budget global et 25 à 29 milliards dans celui de la PAC ne sont pas acceptables. D'autant que la PAC est la seule politique pour laquelle les propositions de la Commission européenne étaient déjà en baisse par rapport à la situation actuelle", a martelé le ministre Stéphane Le Foll.

Au total, la France pourrait perdre près de 700 millions d'euros d'aides directes par an. Quant au second pilier, le recul pourrait se chiffrer à près de 120 millions d'euros, soit une baisse de 9% pour la France.

• L'inquiétude des filières agricoles. Les dernières propositions concernant des coupes dans la Politique agricole commune (PAC) sont "totalement inadmissibles", a condamné le président du Copa, Gerd Sonnleitner, représentant les syndicats agricoles européens. Elles auraient "pour conséquence une réduction considérable des paiements directs aux agriculteurs, allant jusqu'à 30% dans certains pays", a-t-il estimé. "On est à la veille de destructions de filières", a prévenu son homologue du Cogeca Christian Pèes, qui représente les organisations professionnelles agricoles européennes, se disant "très inquiet" de voir la politique agricole commune faire les frais des arbitrages budgétaires européens.

  • a a
4

Et aussi

En ce moment sur Europe 1

Les dernières infos économiques
  1. 08h52

    Xavier Beulin : les charges des agriculteurs "vont baisser de 3%"

  2. Hier

    Dosettes : Nespresso s'engage à modifier ses pratiques commerciales

  3. Hier

    Réduction des déficits : Montebourg veut des "contreparties" de Bruxelles

  4. Hier

    La Redoute supprime son "gros catalogue"

  5. Hier

    Reims : bonne nouvelle sur le front de l'emploi

  6. Hier

    La création d'entreprises en baisse en mars

  7. Hier

    PSA : en colère, ils offrent leurs primes aux Restos du Coeur

  8. Hier

    Smic : la proposition de Gattaz est "esclavagiste"

  9. Hier

    Angola : le projet à grande échelle de Total

  10. Hier

    3% de déficit : Sapin promet de les atteindre sans délai

  1. Hier

    Les eurodéputés votent l'union bancaire

  2. Hier

    Nantes : la fermeture de l'usine de la Seita confirmée

  3. Hier

    Smic : la proposition choc de Pierre Gattaz

  4. Hier

    La Société Générale condamnée à payer 2 millions d'euros

  5. Hier

    Ecotaxe : Royal veut faire payer les camions étrangers

  6. Hier

    Tarifs EDF : Pas de hausse avant le mois d'août

  7. Hier

    Alstom : 180 postes menacés en France

  8. Hier

    Quand l'Allemagne embauche, c'est toute l'Europe qui se précipite

  9. Hier

    Jeux en ligne : les paris sportifs ont la cote

  10. Hier

    Sapin : "3% en 2015, c'est notre stratégie budgétaire"

  1. Hier

    Nantes : l'usine de la Seita devrait fermer

  2. Hier

    Les banques ont supprimé 80.000 postes en 2013

  3. Hier

    La BCE envisage d'agir contre l'euro fort

  4. Hier

    SFR : Bouygues s'estime victime "d'anomalies"

  5. Hier

    Les chiffres de Pôle emploi labellisés

  6. Hier

    La Cour des comptes épingle l’endettement des hôpitaux

  7. Hier

    La Sécu a dépensé 1,4 milliard de moins que prévu en 2013

  8. Hier

    "Guerre des oursons" : Lindt reprend l’avantage

  9. Hier

    Electricité : la justice impose une hausse rétroactive des tarifs

  10. Hier

    FagorBrandt : feu vert espagnol à Cevital pour un rachat

  1. Hier

    Déficit : Sapin croit à "l'objectif des 3%"

  2. Hier

    Recul historique du travail à domicile

  3. Hier

    Lauvergeon : "Des bruits viennent de gens qui ne me veulent pas du bien"

  4. Hier

    La TVA fête ses 60 ans

  5. Hier

    Les 3 Suisses devraient supprimer 198 postes

  6. Hier

    Travail dominical : les magasins de bricolage resteront bien ouverts

  7. Hier

    Dette : Barnier ne veut pas "un nouveau sursis" de Bruxelles

  8. Hier

    Alcool : nous buvons "moins mais mieux"

  9. Hier

    FNSEA : Xavier Beulin réélu sans surprise

  10. Hier

    Siphons à chantilly : attention danger !

  1. Hier

    50 milliards d'économies : le texte en conseil des ministres le 23 avril

  2. Hier

    Toyota : 110.000 voitures rappelées en France

  3. Hier

    Pour Noyer (BCE), Valls fait une "erreur de diagnostic"

  4. Hier

    La loi sur la transition énergétique sera présentée "avant l'été"

  5. Hier

    Rythmes scolaires : ce que prévoit Valls

  6. Hier

    Valls : coup de pouce pour les plus modestes

  7. Hier

    Valls précise les 50 milliards d'économies

  8. Hier

    Emploi : Valls promet une baisse du coût du travail

  9. Hier

    Valls veut "redonner confiance aux Français"

  10. Hier

    Valls : "Réduire la fracture numérique"

Europe 1 sur les réseaux sociaux
L'édito économique
La fin de la Chine low-cost?

La fin de la Chine low-cost?

Une grève paralyse depuis le début de la semaine le fournisseur Chinois de Nike et d'Adidas, montrant à quel point "l'usine du monde" commence à devenir fragile.

Europe 1 Vidéos

Pour retrouver les vidéos d'Europe1, cliquez ici

Humour, politique, culture, sport, économie, découvrez toutes les vidéos d'Europe1.

Toutes les vidéosVidéos les plus vues