VIDÉO - À l'aéroport de Lyon, ce sont des robots qui vont garer votre voiture

  • A
  • A
Stan robot voiturier Lyon
Stan est déployé en première mondiale à l'aéroport de Lyon. © Capture d'écran Youtube
Partagez sur :
La start-up française Stanley Robotics va déployer à Lyon-Saint-Exupéry un service de robots-voituriers destiné à faciliter le trafic des passagers.
VIDÉO

Imaginez : vous vous rendez à l’aéroport pour vos vacances. Vous déposez votre voiture dans un box et quelques minutes plus tard, un robot-voiturier vient la récupérer pour la garer dans un parking à côté. Et elle vous attend de nouveau dans le box à votre retour. Ce n’est pas de la science-fiction ! Ça se passe à l’aéroport de Lyon-Saint-Exupéry, le quatrième plus fréquenté de France, et c'est pour demain.

Un lancement à petite échelle. Cette innovation est l'oeuvre d'une start-up française : Stanley Robotics, qui a donné son nom au robot-voiturier, prénommé Stan. Il ressemble à un chariot élévateur (avec un visage souriant à l'avant) qui vient soulever la voiture par en dessous pour la garer. Stan a été expérimenté pendant plusieurs mois à l'aéroport de Lyon et va être lancé pour de bon dans les semaines qui viennent. Pour commencer, le service sera réservé au stationnement longue durée (sur le parking P5+) et fonctionnera avec quatre robots, douze boxes et 500 places de parking.

>> De 5h à 7h, c’est "Debout les copains" avec Matthieu Noël sur Europe 1. Retrouvez le replay de l'émission ici

Pour l'utiliser, il suffira de réserver sa place sur le site de Lyon Aéroports, de se présenter devant les boxes et de garer sa voiture sur un emplacement disponible. En sortant, vous scannez le QR Code qui vous aura été transmis et qui contient votre plan de vol. Ainsi, le robot saura exactement quand vous rendre votre voiture. Ensuite, une navette vous permet de rejoindre les différents halls de l'aéroport.

Gain de temps et circulation plus fluide. L'intérêt des robots-voituriers est double. D’abord, il engendre un gain de place pour le stationnement. Puisque le robot ne rentre pas dans la voiture, il n’y a pas besoin d’espace pour ouvrir les portières. Donc, sur une même surface, Stanley Robotics promet de pouvoir garer 50% de voitures en plus que dans un parking classique et donc d'accueillir plus de passager dans les aéroports. À terme, elle envisage de pouvoir opérer son robot-voiturier sur des parkings géants de 6.000 places.

Surtout, les robots-voituriers devraient fluidifier la circulation. Plus besoin de tourner dans les parkings à la recherche d’une place, Stan s’en occupe pour vous. Ça veut dire moins de risque d’être en retard pour attraper son avion et donc plus de fluidité pour les compagnies aériennes. À priori, tout le monde y gagne. Reste à savoir si, quand le service sera pleinement déployé, la queue à l'entrée des aéroports ne se transformera pas en queue pour accéder aux boxes de parking.

D'autres déploiements à venir. Selon Stanley Robotics, "il s’agit du tout premier système de robot-voiturier au monde" à être totalement opérationnel. Une première expérience qui en appelle d'autres. Stan a déjà été testé à Roissy et sera expérimenté à l’aéroport de Gatwick, à Londres, à partir du mois d’août. Avant cela, Serva Transport, une entreprise allemande avait testé un robot similaire à Dusseldörf. Preuve que les robots-voituriers font bien partie des aéroports du futur.