On a testé le Google Pixel 3 XL, le smartphone de Google

, modifié à
  • A
  • A
Google Pixel 3 XL 1280
Europe 1 a testé le Google Pixel 3 XL. © Grégoire Martinez / Europe 1
Partagez sur :

Google commercialise pour la première fois ses smartphones Pixel en France à partir du 2 novembre. Europe 1 a testé le Pixel 3 XL.

TEST

"Made by Google", c’est le slogan de Google pour ses smartphones Pixel qui sont pour la première fois commercialisés en France. De fait, tout dans ces smartphones est pensé par Google : du design au logiciel en passant par le capteur photo. Déclinés en deux versions, une version "classique" équipée d’un écran de 5,5 pouces et une version XL dotée d’un écran de 6,3 pouces, ces téléphones sont-ils à la hauteur de la concurrence ? Europe 1 a testé le Pixel 3 XL avant sa sortie le 2 novembre.

Un design sobre, mais efficace

Google ne révolutionne pas le design du smartphone, mais ce n’est pas ce que l’on attendait. Il reprend, en revanche, tous les éléments qui font un bon mobile : des bords arrondies qui offrent une bonne tenue en main, un écran occupant un maximum de surface sur la face avant pour ne pas créer un smartphone trop encombrant et un capteur d’empreintes digitales placé sur la face arrière, à l’endroit idéal pour l’atteindre du doigt. En plus de ces points qui peuvent sembler très classique, la face arrière, à moitié en verre mat, à moitié en verre brillant, est une réussite.

Stand bas 1280

Comme sur la plupart des mobiles récents, la prise jack a disparu au profit d’un unique port USB de type-C utilisé pour la connexion des écouteurs et la recharge. Un adaptateur est présent dans la boite pour ceux qui disposent d'un casque équipé d’une prise mini-jack. Seul bémol, le bouton de verrouillage, placé un peu haut sur la tranche, est difficilement accessible. Le déverrouillage par empreintes digitales permet cependant de moins le solliciter.

Un bel écran, un smartphone puissant

Sur le modèle XL que nous avons testé, Google a opté pour un écran OLED de 6,3 pouces d’une définition de 2.960 x 1.440 pixels. L’usage de cette technologie - également présente sur le Galaxy S9 ou sur les iPhone XS er XS Max - permet de proposer un écran aux couleurs plus vives, au meilleur taux de contraste et avec des noirs plus profonds. Lorsqu’un écran OLED affiche du noir, ses pixels sont en effet éteints. A l’usage, l’écran du Pixel 3 XL est très réussi : les couleurs sont justes et le niveau de contraste excellent. Seule la luminosité est un peu en deçà, et peut s’avérer insuffisante en plein soleil.

encoche 1280

Pour faire rentrer les capteurs avant et le haut-parleur, Google a ajouté une encoche en haut de l’écran. Depuis l’annonce du Pixel 3 XL, elle a beaucoup fait parler. Assez imposante, certains la trouve gênante à l’usage. Mais après plus d’une semaine, nous ne l'avons pas trouvé problématique. Et elle est plutôt bien gérée par les applications qui la font disparaître grâce à une barre noire.

Pour ce qui est des performances, le Pixel 3 XL est à la hauteur de tous ses concurrents grâce à son processeur Snapdragon 845 et ses 4Go de mémoire vive. Il est largement capable de faire tourner toutes les applications, y compris les plus gourmandes en énergie. Et sa gestion de la batterie s’avère très bonne. On peut en effet tenir une journée et demie sans recharger son smartphone.

Android, comme on voudrait le trouver partout

Plus que cela, la force de Google avec ses appareils est de maîtriser le produit, mais aussi son logiciel. A l’usage, on découvre donc la toute dernière version d’Android, 9.0 Pie, telle que l’a pensée le constructeur. Pour qui a l’habitude d’utiliser un smartphone Samsung, Huawei ou LG, l’expérience peut sembler totalement nouvelle. Ces constructeurs, bien qu’utilisant Android, font généralement de nombreux ajouts. Dans cette version "pure" d’Android, les menus sont simples, la navigation est ergonomique et les applications de base (appareil photo, calculatrice…) sont complètes.

AndroidOK

Sur l’écran de verrouillage, Google propose d’afficher l’heure, la date et la météo en permanence. Il est également possible d’afficher les icônes des applications sur lesquelles des notifications sont visibles. Pour ceux qui disposent du Pixel Stand (le chargeur sans fil de Google vendu en option), d’autres fonctions permettent d’utiliser son smartphone comme station d’accueil ou comme réveil en mimant la lumière du jour sur l’écran.

La photo, le point fort

Capteur arrière 1280

Alors que certains constructeurs multiplient les capteurs photo, Google persiste et signe : les Pixel 3 ne sont équipés que d’un seul appareil. Mais cela ne pose pas vraiment de problèmes. Une fois la photo prise par le capteur de 12MPixels, l’intelligence artificielle du smartphone travaille pour améliorer la prise de vue. Résultat : les clichés réalisés par le Google Pixel 3 XL sont au niveau de ceux de l’iPhone XS Max, lui équipé d’un double capteur photo. Les couleurs sont même plus justes que sur le Huawei P20 Pro, équipé de trois appareils.

La gestion de la luminosité du Pixel 3 XL est assez différente de celle des autres smartphones du marché, avec des images parfois un peu plus sombres, mais plus détaillées. Résultat : de nuit, bien que le résultat reste imparfait, il s’impose au-dessus des autres appareils haut de gamme avec des couleurs plus vives et des éléments plus détaillés.

Notre avis. Après trois générations, Google commercialise pour la première fois ses Pixel en France. Il a donc eu le temps d’améliorer ses smartphones. Résultat : le Pixel 3 XL est à la hauteur des attentes. Il offre un design réussi, un écran bien calibré, un processeur puissant, une bonne autonomie et surtout une version "pure" d’Android particulièrement agréable à utiliser. Quand à la photo, le Pixel 3 XL se place comme une référence en la matière. Il aurait été parfait... pour cent euros de moins.

Google Pixel 3 XL, disponible le 2 novembre, à partir de 959 euros.

Google Pixel 3, disponible le 2 novembre, à partir de 859 euros.