5:00
  • Copié
Romain David , modifié à
Avec l'approche du printemps, les allergies au pollen se multiplient. L'application "Météo Pollen" permet désormais de les anticiper. Au micro de Raphaëlle Duchemin, dans "La France bouge" sur Europe 1, Christine David, cofondatrice et présidente de Weather Force, détaille son fonctionnement.

Le retour du printemps ne fait pas que des heureux. C'est en effet le moment où les allergies au pollen se déclarent, de quoi faire du quotidien des personnes les plus sensibles un véritable enfer. Près d'un Français sur trois serait concerné par une allergie d'ordre respiratoire, selon les chiffres du ministère de la Santé, qui rappelle également que la rhinite allergique multiplie par quatre le risque d’apparition de l’asthme. Pour mieux réagir, une application "Météo Pollen", mise au point par la start-up Weather Force, informe ses utilisateurs sur le taux de pollen présent et à venir dans l'atmosphère. De quoi permettre aux personnes concernées d'anticiper une allergie.

Météo et pollen. Combinant à la fois les données du Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme, qui regroupe différents modèles de prévision des pollens, mais aussi des données météorologiques issues de Météo-France, "Météo Pollen" indique à l'aide d'un compteur et grâce à la géolocalisation le niveau de pollen présent dans l'air autour de son utilisateur. "On s'est également rapproché d'allergologues, en particulier le professeur Alain Didier [chef du service pneumologie du CHU de Toulouse, ndlr] qui nous a coachés parce que nous ne sommes pas spécialistes de l'allergie", précise au micro de Raphaëlle Duchemin, dans La France bouge sur Europe 1, Christine David, cofondatrice et présidente de WeatherForce.

>> De 13h à 14h, La France bouge avec Raphaëlle Duchemin sur Europe 1. Retrouvez le replay de l’émission ici

Trois types d'allergies. De la même manière que pour les alertes météo, l'application s'appuie sur un code couleur pour estimer l'ampleur du phénomène : vert, jaune et rouge. Elle mesure trois types de pollen, responsables des allergies les plus récurrentes en Europe : le pollen de bouleau, qui est surtout situé dans le nord de l'Europe, le pollen d'olivier pour le sud de l'Europe, et le pollen des graminées qui couvre l'ensemble du continent. Une quatrième mesure devrait prochainement faire son apparition sur l'application, souffle Christine David, celle du pollen d'ambroisie. Cette plante invasive aux fleurs jaunes peut causer de violentes réactions allergiques, généralement à la toute fin de la saison pollinique, c'est-à-dire vers septembre-octobre.

Adopter les bons comportements. "L'application se refuse à donner des conseils médicaux. Nous ne sommes pas des médecins, nous ne pouvons pas remplacer l'allergologue", insiste Christine David. "Météo Pollen" invite toutefois ses utilisateurs à adopter certains gestes pour mieux se prémunir en fonction de la situation atmosphérique : aérer ou non son habitation, s'autoriser ou non une séance de sport en extérieur, etc.

À défaut de prodiguer des indications médicales, l'application permet toutefois aux personnes déjà sous traitement d'adapter leur prise de cachets. "Le fait de pouvoir prévenir permet aux patients d'utiliser mieux leurs antihistaminiques", fait valoir Christine David. "Selon les retours que l'on a eus, ils en prennent moins, mais ils adaptent mieux leurs prises en fonction du type d'allergie." Un an après son lancement, "Météo Pollen" compte déjà quelque 50.000 utilisateurs.