Bientôt un béton autonettoyant pour éviter les ravalements

  • A
  • A
Partagez sur :
Des chercheurs chinois et grecs ont inventé un béton sur lequel les liquides n’adhèrent pas, empêchant ainsi les développements de champignons ou de traces de ruissellement, mais fait aussi glisser les poussières et les particules fines. Bref, qui reste propre.

Voici une innovation qui devrait plaire à tous les propriétaires qui redoutent la facture du ravalement. On a mis au point un béton qui se nettoie tout seul.  Dans certaines communes, à Paris par exemple, le ravalement est obligatoire tous les 10 ans au minimum. Or ça peut finir par chiffrer. Une équipe de chercheurs chinois et grecs vient donc de créer un béton superhydrophobe, c’est-à-dire sur lequel les liquides ont du mal à adhérer (un peu comme un imperméable).

Du coup, l’eau de pluie va tout simplement glisser sur la façade. Rien ne va accrocher. Il n’y aura plus de traces de ruissellement, plus de champignons qui se développent ou de mousses qui se mettent à pousser. Et ça marche aussi contre les traces de pollution, celles qui noircissent les façades. Parce qu’avoir un matériau qui fait glisser l’eau, cela fait aussi glisser la poussière et les particules fines. Surtout quand on est à la verticale comme sur un mur de façade.

Une facture de nettoyage beaucoup moins lourde

Il existe cela dit déjà des enduits qui fonctionnent de la même façon. On les utilise, par exemple, pour éviter les graffitis. Mais c’est la première fois qu’on arrive à donner ce genre de caractéristiques au béton lui-même, sans impacter sa résistance. Ça veut dire qu’on pourra gribouiller sur les murs et ça ne marquera pas. En fait, ce sera comme si on essayait d’écrire au feutre sur une vitre. Ça va marquer un petit peu. Mais ce sera très facile à nettoyer d’un petit coup d’eau.

Évidemment, si l’on utilise un marqueur ou si on étale des cochonneries sur le mur, on finira par le salir. Mais la facture de nettoyage sera beaucoup moins lourde et on n’aura certainement plus besoin d’un ravalement tous les dix ans. C’est pour toutes ces raisons que ce béton intéresse les promoteurs.

Europe 1
Par Anicet Mbida