Vendée Globe : Charlie Dalin veut "terminer avant le deuxième" et "faire voyager le public"

  • A
  • A
Partagez sur :
Charlie Dalin s’élance dimanche, avec 32 autres skippers, dans le Vendée Globe, mythique course autour du monde en solitaire, sans escale et sans assistance. Le navigateur, qui délivrera chaque semaine un Carnet de bord à Europe 1 et sera l’un des favoris de l’épreuve à la barre d’Apivia, explique l’importance de garder le lien avec la terre ferme en ces temps d'épidémie.
INTERVIEW

Pour les navigateurs, comme pour tout le monde, l’épidémie de coronavirus est lourde de conséquence. Ainsi, le départ du Vendée Globe, dimanche aux Sables d’Olonne, se fera sans public, d’ordinaire massé sur les pontons pour voir les géants de la mer prendre le départ de la plus mythique des courses autour du monde en solitaire, sans escale et sans assistance. Parmi les 33 concurrents figure Charlie Dalin, qui, à la barre d’Apivia, sera l’un des favoris de l’épreuve. "L'objectif, c'est avant tout de terminer avant le deuxième", sourit sur Europe 1 celui qui livrera tous les samedis pour notre antenne un Carnet de bord pour partager son quotidien.

"Le coronavirus donne encore plus pour mission de partager notre aventure avec les Terriens"

Car même s’il sera seul en mer, le skipper ne veut pas oublier ceux qui restent sur le plancher des vaches. "J'ai l'impression que le coronavirus donne encore plus pour mission de partager notre aventure avec les Terriens, à faire voyager un peu le public pour penser à autre chose que cette épidémie", explique le marin. 

Pour Charlie Dalin, la course a d’ailleurs quasiment commencé longtemps avant le départ, précisément en raison de la pandémie "Je suis en confinement depuis presque deux semaines déjà", explique celui qui a récemment laissé chez lui femme et enfant. "Je suis redescendu mercredi dernier aux Sables d'Olonne, donc je leur ai déjà dit au revoir. Et pour le reste de ma famille, ils sont passés aux Sables d'Olonne il y a trois semaines, pour qu'on puisse vraiment se dire au revoir un peu en avance."

"Un projet sur quatre saisons dont l'objectif principal, c'est le Vendée Globe"

Par contre, une fois le départ donné, il n’y aura plus vraiment de différence pour Charlie Dalin comme pour tous ses collègues, qui seront par définition confinés sur leur embarcation pendant plusieurs semaines. "Quand le départ sera donné, ça ne changera strictement rien à une course hors crise sanitaire", glisse le navigateur.

Il sera alors temps de penser à la course. Et à la gagne, pour celui qui a récemment remporté la Transat Jacques-Vabre en double avec Yann Eliès. "Le projet Apivia se veut ambitieux. C'est un projet sur quatre saisons dont l'objectif principal, c'est effectivement le Vendée Globe. Le bateau a été conçu spécifiquement pour cette course", confirme Charlie Dalin. "Après, j'y vais avec beaucoup d'humilité. C'est une course longue à laquelle je n'ai jamais encore participé, donc il y a beaucoup d'inconnues."