Un entraîneur reconnu de chevaux de course, soupçonné de dopage, mis en examen

  • A
  • A
Guy Chérel est le quatrième meilleur entraîneur de chevaux d'obstacles en France en nombre de victoires (image d'illustration).
Guy Chérel est le quatrième meilleur entraîneur de chevaux d'obstacles en France en nombre de victoires (image d'illustration). © LIONEL BONAVENTURE / AFP
Partagez sur :
Le premier entraîneur de chevaux d'obstacles en Île-de-France Guy Chérel a été mis en examen mardi, en même temps qu'un pharmacien, pour des soupçons de dopage sur des chevaux qu'il entraînait.

L'un des entraîneurs de chevaux d'obstacles les plus renommés en France a été mis en examen à Versailles pour des soupçons de dopage et placé sous contrôle judiciaire, a indiqué mardi le parquet, confirmant une information du Parisien.

Deux interpellations pour des soupçons de dopage de chevaux. Guy Chérel, 58 ans, a été interpellé lundi matin à son écurie de Maisons-Laffitte, dans les Yvelines, alors qu'un pharmacien était simultanément arrêté en Seine-et-Marne, a indiqué le parquet de Versailles. Ces interpellations ont été réalisées dans le cadre d'une information judiciaire ouverte en février 2018 pour des soupçons de dopage sur des chevaux de course qu'il entraînait. Les investigations sont menées par les enquêteurs du service des courses et jeux de la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ). Des perquisitions ont été menées dans son écurie, a précisé une source proche du dossier. 

Un entraîneur très reconnu. Guy Chérel est le quatrième meilleur entraîneur de chevaux d'obstacles en France en nombre de victoires, le premier en Île-de-France. Cet homme, qui possède 110 chevaux à l'entraînement ainsi qu'un haras à Gavray, dans la Manche, a eu cette année plus de 3,6 millions d'euros en gains de course.

Mis en examen notamment pour escroquerie. Déférés mardi dans l'après-midi, les deux hommes ont été mis en examen pour "escroquerie en bande organisée", "acquisition", "détention" et "transport illicites de substances, plantes, préparations ou médicaments inscrits sur les listes I et II ou classées comme psychotropes". Ils ont été placés sous contrôle judiciaire.

Un troisième homme, un vétérinaire italien, a lui aussi été placé en garde à vue et devait être présenté à un juge mercredi en vue d'une possible mise en examen. Interrogé, la société organisatrice de courses France Galop n'a pas souhaité faire de commentaire sur ce dossier.