Tour de France : Caleb Ewan le plus rapide à Toulouse, Julian Alaphilippe toujours en jaune

, modifié à
  • A
  • A
Ewan vainqueur à Toulouse (1280x640) Anne-Christine POUJOULAT/AFP
Caleb Ewan a jeté son vélo sur la ligne pour devancer Dylan Groenewegen, mercredi. © Anne-Christine POUJOULAT/AFP
Partagez sur :
Comme attendu, la 11ème étape du Tour de France s'est conclue par un sprint, mercredi, à Toulouse. Et c'est l'Australien Caleb Ewan qui s'est montré le plus rapide, signant sa première victoire sur le Tour.

Au tour de Caleb Ewan ! L'Australien, qui n'avait pas encore eu la joie de lever les bras sur ce Tour 2019 malgré plusieurs places d'honneur, a remporté mercredi à Toulouse sa première étape sur la Grande Boucle, Grande Boucle qui sacre cet été un sixième sprinteur différent en six sprints ! Le coureur de l'équipe Lotto-Soudal a "sauté" dans les derniers mètres le Néerlandais Dylan Groenewegen (Jumbo-Visma). L'Italien Elia Viviani, dont l'équipe, la Deceuninck Quick-Step, a beaucoup roulé dans le final, prend la troisième place d'un sprint spectaculaire.

Ewan, qui avait déjà gagné sur le Tour d'Espagne (une étape en 2015) et sur le Tour d'Italie (une étape en 2017 et deux en 2019), rejoint donc le cercle fermé des vainqueurs d'étape sur les trois grands Tours. "J'ai du mal à y croire, je suis passé tout proche de l'emporter lors des précédentes étapes (deux fois 3ème, une fois 2ème)", a réagi Ewan au micro d'Eurosport. "Mon équipe a toujours eu confiance en moi, et j'ai montré que je pouvais être le plus rapide sur un sprint. À dix kilomètres de l'arrivée, il y a eu une chute avec plusieurs de mes équipiers impliqués. Roger (Kluge) est revenu dans le peloton pour m'aider dans le final."

Journée tranquille pour Alaphilippe avant les Pyrénées

Comme c'était attendu (et peut-être à craindre, même), cette 11ème étape qui rejoignait Albi à la Ville rose sur 167 km, a eu sa traditionnelle échappée vouée à l'échec. Quatre coureurs, tous les quatre issus d'équipes invitées - le Belge Aimé De Gendt (Wanty-Gobert), les Français Lilian Calmejane (Total Direct Énergie), Anthony Perez (Cofidis) et Stéphane Rossetto (Cofidis) - se sont fait la belle dès le départ, parcourant près de 150 kilomètres en tête. Ils ont été repris dans les dix derniers kilomètres, De Gendt ayant, sans succès, tenté le coup en solitaire. Le coureur belge a été repris peu après la banderole des 5 km après un joli numéro en solo.

Cette 11ème étape a également été marquée par une chute collective à une trentaine de kilomètres de l'arrivée. Elle a envoyé au sol le vainqueur de Paris-Roubaix 2014, le Néerlandais Niki Terpstra (Total Direct Énergie), contraint à l'abandon, mais aussi l'ancien Maillot jaune Giulio Ciccone (Trek-Segafredo), qui a fini 169ème et dernier de l'étape, avec 12'03" de retard. Un temps retardés, le Colombien Nairo Quintana (Movistar) et l'Australien Richie Porte (Trek-Segrafredo), candidats à la victoire finale, ont dû s'employer pour revenir sur un peloton, dont le Maillot jaune, Julian Alaphilippe, a lui connu une journée relativement tranquille avant l'arrivée dans les Pyrénées, jeudi après-midi.