À Egan Bernal le Tour de France, à Caleb Ewan le sprint final

, modifié à
  • A
  • A
Comme samedi, Egan Bernal a franchi la ligne d'arrivée avec Geraint Thomas, son équipier et dauphin sur ce Tour.
Comme samedi, Egan Bernal a franchi la ligne d'arrivée avec Geraint Thomas, son équipier et dauphin sur ce Tour. © Anne-Christine POUJOULAT / AFP
Partagez sur :
Le Colombien Egan Bernal a officiellement remporté le Tour de France, dimanche, sur les Champs-Élysées. La dernière étape, qui partait de Rambouillet, a été remportée au sprint par l'Australien Caleb Ewan.

L'aube d'une domination à la nuit tombée ? Egan Bernal, âgé de 22 ans et six mois seulement, a officiellement remporté dimanche le Tour de France à l'issue d'une 21ème et dernière étape qui s'est conclue au coucher du soleil sur les Champs-Élysées et au sprint, comme attendu.

L'Australien Caleb Ewan, déjà vainqueur de deux étapes sur ce Tour, s'est imposé sur la plus belle avenue du monde devant le Néerlandais Dylan Groenewegen (Jumbo-Visma) et l'Italien Niccolo Bonifazio (Total Direct Énergie) au terme d'une dernière ligne droite spectaculaire. En retard de plusieurs mètres, Ewan a pris la roue de Groenewegen avant de dépasser Bonifazio sur sa droite, le long des panneaux publicitaires. C'était bien Ewan le meilleur sprinteur de ce Tour.

Bernal et les Ineos ont profité

Comme d'habitude, cette dernière étape ne s'est animée qu'au moment de l'arrivée sur les Champs-Élysées, après plus de 60 km de défilé. Quatre coureurs - l'Allemand Nils Politt (Katusha-Alpecin), le Slovène Jan Tratnik (Bahrain-Merida), le Néo-Zélandais Tom Scully (EF Education First) et l'Espagnol Omar Fraile (Astana) - ont roulé plusieurs tours en tête, mais sans pouvoir compter plus de 30 secondes d'avance sur un peloton dans lequel les sprinteurs étaient bien décidés à s'expliquer.

Le vainqueur du Tour, le Colombien Egan Bernal, a lui passé sa journée bien à l'abri, profitant du passage dans la magnifique vallée de Chevreuse pour discuter avec Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step), déguster une coupe de champagne avec ses équipiers et poser, aussi, avec ses compatriotes colombiens Nairo Quintana (Movistar), Rigoberto Uran (EF Education First) et Sergio Henao (UAE Emirates).

Et puis, comme samedi, à Val Thorens, Bernal a franchi la ligne avec son équipier Geraint Thomas, auquel il succède au palmarès. Le Gallois, qui cède donc sa couronne, avait déjà eu le privilège d'être le premier à rouler vers les Champs-Élysées, avec notamment un passage dans la cour du Louvre.

Cette image, mais aussi celle des Champs-Élysées baignés par la lumière déclinante et animés par les coureurs, resteront dans le grand livre de ce Tour de France 2019, que les coureurs français ont enflammé et qu'un grand coureur colombien a remporté…