Tokyo 2020 : le CIO "gèle l'organisation du tournoi de boxe" aux JO

, modifié à
  • A
  • A
Le CIO indique qu'il "va faire le maximum" pour que la compétition puisse avoir lieu.
Le CIO indique qu'il "va faire le maximum" pour que la compétition puisse avoir lieu. © KAZUHIRO NOGI / AFP
Partagez sur :
Une enquête a été lancée vendredi par le Comité international olympique sur la très controversée Fédération international de boxe.

Le Comité international olympique (CIO) a annoncé vendredi sa décision de "geler l'organisation du tournoi de boxe" aux Jeux olympiques de Tokyo-2020, alors qu'il lance une enquête sur la très controversée Fédération internationale de la discipline (AIBA).

"Les contacts officiels entre l'AIBA et le Comité d'organisation de Tokyo-2020, les ventes de billets, l'approbation et la mise en place du système de qualification, la planification des tests et la finalisation du programme de compétition" sont donc suspendus, a précisé la Commission exécutive du CIO dans un communiqué.

Les finances de l'AIBA pointées du doigt. L'enquête "pourra conduire au retrait de la reconnaissance de l'AIBA" par l'instance olympique, a précisé le CIO, signalant "plusieurs motifs d'inquiétude majeure" concernant les finances ainsi que la gouvernance et l'éthique de l'organisation. Malgré ces mesures, le Comité olympique promet de "faire le maximum pour protéger les athlètes et s'assurer qu'un tournoi de boxe aura bien lieu" aux Jeux de Tokyo.

Une discipline dont les pratiques posent question. La boxe, discipline historique des Jeux, avait déjà suscité l'ire du CIO en 2016 à Rio, où 36 officiels et arbitres avaient été suspendus. Et les relations ne se sont pas améliorées avec l'élection de l'homme d'affaires ouzbek Gafur Rakhimov, début novembre à la tête de l'AIBA. Il est accusé d'être un "criminel majeur" dans son pays par le Trésor américain, ce qu'il nie vigoureusement. Avant la décision de vendredi, le CIO avait déjà gelé ses relations avec la Fédération et stoppé les aides financières qu'il lui versait auparavant.