Serge Blanco est opposé à faire évoluer le Top 14 vers une ligue fermée : "Moi, ça me gêne"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Au micro de Lionel Rosso dans l'émission "Face aux auditeurs d'Europe 1", Serge Blanco s'est exprimé sur l'état actuel du Top 14 en expliquant notamment que ce n’était pas une bonne idée de faire du championnat de France de rugby, une ligue fermée. 
FACE AUX AUDITEURS

Et si le Top 14 devenait une ligue fermée ? La question a été posée à Serge Blanco lors de l'émission "Face aux auditeurs" diffusée samedi 16 novembre à 20h sur Europe 1. Interrogé à propos d'un potentiel changement de format du Top 14, Serge Blanco se montre clair : "Quelle est la valeur sportive quand on joue et que l'on prend aucun risque (la relégation, ndlr) ? Moi ça me gêne." 

L'exemple de ligue fermée existe pourtant chez nos voisins d'Outre-Manche. Aujourd'hui, quatre provinces galloises, deux provinces écossaises et quatre provinces irlandaises sont regroupées dans une ligue fermée nommée le "Guinness Pro 14". Ce système est-il envisageable en France dans les prochaines années ? L'ancien joueur au 93 sélections sous le maillot bleu estime que "la France a un potentiel rugby très important. Le tout est de savoir est qu'en cas de ligue fermée, quelle valeur sportif voudrons nous amener à notre sport ?"

Entendu sur europe1 :
Qu'il y ait une diminution du nombre de clubs qui montent et qui descendent, sur ça, je suis complètement d'accord 

Et si vraiment, cette logique de Ligue fermée devait voir le jour en France, Serge Blanco estime que l'aspect géographique doit primer par rapport au sportif : "Ce n'est pas une question de potentiel mais plutôt une question de volonté d'étendre notre sport sur tout le territoire. Face au niveau professionnel, il y a aussi le monde amateur et le monde amateur a aussi envie d'avoir des objectifs. Alors si on commence à dire aux clubs 'toi tu peux monter, toi tu ne peux pas' ça risque d’être compliqué. Est-ce logique de fonctionner comme ça ?", s'interroge-t-il. 

Pour autant, le vice-champion du monde 1987 ne se montre pas totalement fermé à quelques changements pour faire évoluer le Top 14 : "Qu'il y ait une diminution du nombre de clubs qui montent et qui descendent ça, c'est différent. Sur ça, je suis complètement d'accord." 

Europe 1
Par François Dujarrier