Pontivy en Coupe de France : "c’est un bon coup de projecteur pour la ville", se félicite la maire Christine Le Strat

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
La maire (MoDem) de Pontivy, qui a vu ses deux clubs de National 3 qualifiés pour les 32èmes de finale de la Coupe de France, se réjouit des retombées pour cette petite ville du Morbihan. 
INTERVIEW

C’est une première pour Pontivy : cette ville du Morbihan de 15.000 habitants a vu ses deux clubs de football, qui évoluent en National 3, être qualifiés pour les 32èmes de finale de la Coupe de France. Le Stade Pontivyen affrontera samedi Guingamp, tandis que le GSI Pontivy se frottera au PSG dimanche. Si le défi sportif semble de taille, les retombées pour la ville sont déjà positives, se réjouit sur Europe 1 la maire de la commune.

"Je suis très fière ! On parle beaucoup de Pontivy. Et que les deux clubs aient pu être sélectionnés pour les 32èmes de finale, et au tirage se retrouver face à des clubs de prestige, c’est inespéré et c’est un bon coup de projecteur pour la ville, je m’en félicite", a commenté au micro de Matthieu Belliard vendredi Christine Le Strat (MoDem).

>> De 17h à 20h, c’est le grand journal du soir avec Matthieu Belliard sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

"Je suis pour les deux clubs". La maire de Pontivy, qui compte assister aux deux matches ce week-end, refuse de soutenir l’une ou l’autre équipe. "Je ne choisis pas entre les deux clubs, je suis pour les deux clubs, je suis Pontivyenne avant tout. Et je souhaite que chacun des clubs fasse une belle performance", a-t-elle souligné.

La ville en jaune et vert. D’ailleurs, les couleurs des deux clubs, le jaune pour le Stade Pontivyen et le vert pour le GSI Pontivy, s’affichent sans complexe et sans jalousie dans les rues de la ville. "Le jaune et le vert sont partout, sur les devantures de l’hôtel de Ville et de la sous-préfecture, chez les commerçants…", détaille Christine Le Strat. Et si la maire se refuse à tout pronostic, elle en est toutefois persuadée : "On va rêver tout le week-end !"