Mondiaux de ski nordique : un "réseau de dopage" démantelé, des athlètes arrêtés

, modifié à
  • A
  • A
"Ce groupe criminel est fortement suspecté d'avoir utilisé le dopage sanguin sur des athlètes d'élite", a fait savoir l'office fédéral autrichien de police criminelle.
"Ce groupe criminel est fortement suspecté d'avoir utilisé le dopage sanguin sur des athlètes d'élite", a fait savoir l'office fédéral autrichien de police criminelle. © FRANCK FIFE / AFP
Partagez sur :
Les polices autrichienne et allemande ont procédé à neuf interpellations, dont cinq sportifs, lors d'une vaste opération qui s'est déroulée à Seefeld, en Autriche, et en Allemagne.

La police autrichienne a annoncé mercredi avoir démantelé avec son homologue allemande un présumé "réseau international de dopage" en marge des Mondiaux de ski nordique qui ont lieu actuellement à Seefeld, dans le Tyrol.

Les enquêteurs ont procédé à neuf interpellations, dont cinq sportifs, lors d'une vaste opération qui s'est déroulée à Seefeld mais aussi en Allemagne, selon un communiqué de l'office fédéral autrichien de police criminelle.

Un athlète kazakh, deux athlètes autrichiens et deux Estoniens comptent parmi les interpellés, selon la même source. Les Championnats du monde de ski nordique ont lieu dans la ville autrichienne de Seefeld du 20 février au 3 mars.

Suspicion de "dopage sanguin sur des athlètes d'élite". Basé en Allemagne, dans la ville d'Erfurt , "ce groupe criminel est fortement suspecté d'avoir utilisé le dopage sanguin sur des athlètes d'élite pendant des années pour améliorer leurs performances lors de compétitions nationales et internationales, se procurant ainsi des revenus illégaux", affirme le communiqué.

L'un des principaux animateurs du réseau présumé est présenté par la police comme un médecin du sport de 40 ans, "Mark S.", qui opérait en Allemagne où il a été arrêté avec un complice. Seize perquisitions ont également été menées à Seefeld et en Allemagne.

L'opération de police a été déclenchée par la récente confession dans les médias allemands du fondeur autrichien Johannes Dürr qui avait été suspendu pour dopage à l'EPO lors des JO de Sotchi en 2014, a précisé le parquet de Münich dans un communiqué distinct.