Ligue 1 - Vente des Girondins : le vote de Bordeaux Métropole reporté au 12 octobre

, modifié à
  • A
  • A
Le club des Girondins de Bordeaux doit être vendu à un fonds d'investissement américain.
Le club des Girondins de Bordeaux doit être vendu à un fonds d'investissement américain. © AFP
Partagez sur :
Selon Alain Juppé, la communauté urbaine veut "obtenir des garanties sur l'avenir du club et sa pérennité". 

Le vote des élus de Bordeaux Métropole, nécessaire à la réalisation de la vente par M6 du club des Girondins au fonds d'investissements américain GACP, a été reporté au 12 octobre, a annoncé jeudi à la presse le maire de la ville Alain Juppé. Ce vote, initialement prévu vendredi, s'effectuera après une audience la veille du dirigeant du fonds, Joseph DaGrosa, a-t-il ajouté.

Alain Juppé a expliqué notamment qu'il restait des "incertitudes" sur l'endettement et que la communauté urbaine souhaitait "obtenir des garanties sur l'avenir du club et sa pérennité". "Certains points méritent donc d'être éclaircis", a-t-il dit.

"J'ai toutes les raisons de penser que le repreneur est de bonne foi", souligne Juppé. "Au regard de toutes ces incertitudes, j'ai demandé à Joseph DaGrosa d'accepter de venir devant les commissions de notre établissement public, répondre à toutes les questions posées par les membres de cette commission le 11 octobre", a-t-il poursuivi.

"À la lumière de ces précisions, je soumettrai le lendemain, lors d'une session extraordinaire au vote du conseil de Bordeaux Métropole, la délibération revue et corrigée", a précisé Alain Juppé selon qui ce report de 15 jours servira à "clarifier le dossier". "J'ai toutes les raisons de penser que le repreneur est de bonne foi", a-t-il souligné.

Les élus doivent valider le principe du transfèrement des obligations de M6 à GACP. La consultation de Bordeaux Métropole est une étape indispensable dans la cession des Girondins.

Les élus doivent valider le principe du transfèrement des obligations de M6 au nouvel actionnaire qui concernent les garanties liées au loyer annuel du stade Matmut Atlantique (3,7 millions d'euros pour encore 27 ans), mais aussi une participation annuelle à l'entretien de la pelouse, et une redevance au prorata du chiffre d'affaires réalisé sur le stade.