Ligue 1 : le FC Metz veut expérimenter un système de reconnaissance faciale en tribunes

  • A
  • A
Le club pourrait utiliser la reconnaissance faciale pour repérer les supporters interdits de stade. 1:21
Le club pourrait utiliser la reconnaissance faciale pour repérer les supporters interdits de stade. © JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP
Partagez sur :
Le FC Metz envisage d'utiliser la reconnaissance faciale pour repérer les personnes interdites de stade en tribunes. Si le projet divise, la direction du club assure que le logiciel ne pourra pas identifier les gens n'ayant rien à se reprocher. 
REPORTAGE

Le projet devrait diviser dans les travées de Saint-Symphorien. Le club du FC Metz, pensionnaire de Ligue 1, envisage d’utiliser la reconnaissance faciale. Alors que les caméras du stade filment les gens en tribune, comme c'est le cas lors de chaque match de championnat, un logiciel analysant les visages pourrait permettre de repérer les personnes interdites de stade.  

 

Le scénario fait causer jusqu'à la brasserie du stade, où la serveuse Micheline et le cuisinier Germain ont chacun un avis différent sur le sujet. "Celui qui va au match, il va au match. S'il y va avec sa maîtresse, tant pis pour lui, il n'a qu'a la faire marcher derrière et puis c'est tout", réagit Germain. "Je ne suis pas d'accord", le contredit Micheline, ils sont où les droits de l'homme là-dedans?". Et d'ajouter : "On va devenir comme en Chine. C'est rentrer dans la vie privée des gens". 

Germain, lui, met en avant "la sécurité du club". "Ils devraient faire ça dans tous les clubs, il y aurait moins de problèmes", estime-t-il encore. 

"Il ne faut pas rentrer dans un délire paranoïaque", répond le club

De son côté, la DG du club Hélène Schrüb assure que le logiciel ne pourra pas identifier les gens qui n’ont rien à se reprocher. "Il ne faut pas rentrer dans un délire paranoïaque 'Big brother", tente-t-elle de rassurer. "Le logiciel fonctionne sur de la comparaison par rapport à une base de données existante. Et la base de données ne sera alimentée que par des gens interdits de stade". 

Le déploiement du système est espéré à moyen terme, dit la directrice, qui précise qu’aucun test n’a été mené pour l’instant un soir de match au stade. 

Europe 1
Par Arthur Helmbacher, édité par Antoine Terrel