Le XV de France "a fait une coupe du monde moyenne, mais avec beaucoup de talent sur ce dernier match"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Les Bleus se sont inclinés sur le fil en quart de finale de la Coupe du monde de rugby, face au Pays de Galles. Pour notre consultant Éric Blanc, l'expulsion de Vahaamahina ne nous a laissé aucune chance.
ANALYSE

Mondial terminé pour le XV de France. Les Bleus se sont inclinés dimanche en quart de finale de la Coupe du monde de rugby, face au Pays de Galles. Le XV de France, réduit à 14 à la suite de l'exclusion du deuxième ligne Sébastien Vahaamahina en début de seconde période, menait 19-10 à la mi-temps, avant de craquer en toute fin de match, sur un essai du troisième ligne gallois Moriarty à la 74e minute. L'arbitre a dû recourir à l'assistance vidéo, avant de finalement valider l'essai. Pour notre consultant Éric Blanc, ce match clôt une compétition "moyenne" pour l'équipe de France, qui a tout de même affiché un visage prometteur.

"Il y a ce tournant du match, à la 48e minutes : le coup de coude de Vahaamahina (à l'origine de l'expulsion). C'est autorisé au bar, mais malheureusement pas sur un terrain de rugby. On ne va pas le montrer du doigt. Il a été très bon le reste du match. Il marque le premier essai de sa vie. Mais c'est aussi sa première expulsion, et la première expulsion française : jamais un joueur n'avait été sorti lors d'une coupe du monde. 

L'équipe de France avait fait une première mi-temps fantastique. Elle jouait en décapotable, cheveux au vent, chemise à fleures... Trois essais, une jeunesse française magnifique. Mais malheureusement, en deuxième mi-temps, à 14 contre 15, on est dans du rugby professionnel, les Gallois viennent nous crucifier."

Et puis il y a eu cet essai à la 74e minutes, validé par l'arbitre après hésitation... 

"Les patriotes diront qu'il nous a poivrés, il aurait pu le refuser. Malheureusement, il l'accorde. On passe à 20-19 et après, on ne met plus la main sur le ballon. Les Gallois se qualifient. On se rappelle en 2011 que leur capitaine avait été expulsé, ils avaient perdu d'un point. Ce coup-ci, c'est nous qui sortons par la petite porte.

C'est la troisième fois qu'on sort en quart de finale, après 1991 et 2015. On se répète. C'était quand même une coupe du monde moyenne. Même si sur ce dernier match, l'équipe de France a montré beaucoup de talent, beaucoup d'abnégation et de cohésion".