JO 2018 - Danse sur glace : Papadakis-Cizeron en argent

, modifié à
  • A
  • A
Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron ont tout donné mais ils n'ont pas pu battre leurs grands rivaux.
Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron ont tout donné mais ils n'ont pas pu battre leurs grands rivaux. © Roberto SCHMIDT / AFP
Partagez sur :
Malgré un programme libre époustouflant, le couple français a été battu sur le fil par leurs grands rivaux Tessa Virtue et Scott Moir.
COCORICO

Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron sont passés à un souffle de la consécration. Malgré un programme libre époustouflant, le couple français a été battu de justesse par leurs grand rivaux, les Canadiens Tessa Virtue et Scott Moir, mardi aux Jeux olympiques de Pyeongchang (206,07 pts pour Virtue-Moir, 205,28 pts pour Papadakis-Cizeron).

Les Français, meilleurs dans le libre, n'ont pas pu remonter leur retard concédé sur le court au terme d'un duel d'un niveau exceptionnel, qui a vu Virtue et Moir battre le record du monde. Papadakis et Cizeron (22 et 23 ans) avaient perdu de précieux points lundi, après un problème de robe pour la patineuse française. Un incident qui, au final, leur a peut-être coûté le titre olympique. 

"On n'aurait pas pu faire mieux". "C'est beaucoup d'émotions. On n'aurait pas pu faire mieux. Ça ne nous mène pas à la première place mais on est extrêmement contents. Ça vient balancer la mauvaise journée qu'on a passée hier (lundi). C'est le sport", a réagi Guillaume Cizeron sur France 2, quelques minutes plus tard. "On vit nos premiers Jeux, on peut être fiers de nous", a poursuivi Gabriella Papadakis, tentant elle aussi de positiver.

Le problème de robe leur a-t-il coûté le titre ? Si le couple tricolore dit ne rien regretter, comment ne pas penser que sans ce maudit problème de robe sur le programme court, ils auraient pu remporter le seul métal qui comptait pour eux, l'or ? Leur sourire, crispé et un brin forcé au moment du podium, trahissait leur immense déception de n'avoir décroché "que" l'argent.

Reste que leurs grands rivaux et partenaires d'entraînement ont amplement mérité leur deuxième sacre olympique, après Vancouver en 2010. Quelques minutes après le sublime programme libre des Français, Virtue et Moir ont eux aussi sorti le grand jeu, parvenant à garder leur avance acquise lundi. Comme en 2017, aux championnats du monde, les Canadiens sortent vainqueurs de ce duel au sommet. De très grands champions, assurément. 

Europe 1
Par J.R.