Football : le Paris FC ravive le rêve d'un deuxième club parisien en Ligue 1

, modifié à
  • A
  • A
Le Paris FC espère pouvoir évoluer en Ligue 1 la saison prochaine.
Le Paris FC espère pouvoir évoluer en Ligue 1 la saison prochaine. © Éric Feferberg / AFP
Partagez sur :
À la lutte pour la montée, le Paris FC reçoit Lorient, ce soir, en Ligue 2, pour continuer à rêver d'être le deuxième club parisien dans l'élite du football français.

Les espoirs de voir un deuxième club parisien en Ligue 1, qui durent depuis des décennies, pourraient enfin aboutir dans quelques semaines. Quatrième de Ligue 2 avec 53 points et un match en moins, le Paris FC est en effet actuellement aux portes de l'élite du football français. Même si le chemin est encore long, le pensionnaire du stade Charléty n'a jamais semblé aussi proche de croiser la route de son voisin, le Paris Saint-Germain, en Ligue 1, la saison prochaine. Ce lundi, le Paris FC reçoit Lorient, cinquième avec le même nombre de points, dans un match décisif pour la montée.

Face à Lorient, le Paris FC veut poursuivre son rêve

Neuvième budget du championnat de Ligue 2, le Paris FC réalise une saison supérieure à ses attentes et… à ses moyens. Avec seulement six défaites au compteur, les hommes de Mécha Bazdarevic sont dans la continuité de leur saison dernière, où ils avaient terminé à la huitième place. Face à Lorient, lundi soir, le Paris FC joue une partie de son avenir. Le futur projet, basé sur les jeunes, devrait permettre au club de s'appuyer sur son centre de formation "d'ici trois ans", expliquait Pierre Dréossi, le manager général, dans Le Monde, en début d'année. Le nombre de joueurs présents en Île-de-France est en effet colossal, et le PSG ne peut exploiter ce vivier tout seul. Forcément, l'opportunité est belle pour le Paris FC d'attirer les meilleurs jeunes de la région, en leur promettant un temps de jeu important, surtout en cas d'accession en Ligue 1.

D'ailleurs, les Parisiens ne s'en cachent plus, l'objectif de la fin de saison est bien de rejoindre l'élite. "Il n'y a pas 50 objectifs à se donner, c'est soit d'accrocher une place pour les barrages (3ème à 5ème place), soit de monter directement en Ligue 1", déclarait récemment Romain Perraud, le latéral gauche du PFC, à Goal.com. Mais pour monter directement en Ligue 1, il faudrait tout de même un concours de circonstances assez favorable. En Ligue 2, seuls les deux premiers obtiennent leur ticket pour la division supérieure. Avant la réception de Lorient, les Parisiens pointent à neuf unités du Stade brestois, deuxième. L'autre possibilité pour monter en Ligue 1 est de passer par les barrages. En cas de succès ce lundi, les Parisiens monteraient sur la troisième marche du podium, et entameraient le sprint final en position favorable. En revanche, une défaite réduirait considérablement leurs espoirs d'accéder à l'élite dès la saison prochaine.

Ce Paris voit aussi en grand

Même s'il n'avait pas prévu de se mêler à la lutte pour la montée, le Paris FC assure être prêt pour la Ligue 1. Le deuxième club de la capitale se projette même jusqu'à réaliser des travaux au stade Charléty, afin de le moderniser. L'enceinte de presque 20.000 places est homologuée pour la Ligue 1, mais reste avant tout un stade dédié à l’athlétisme, bien loin de ressembler aux stades de football les plus récents, où les tribunes jouxtent le terrain. Un deuxième club francilien dans l'élite pourrait attirer du monde au stade, d'autant que les prix pratiqués au Parc des Princes pour les rencontres du PSG en découragent plus d'un. Mais le Paris FC doit d'abord trouver son public. Malgré l'une des plus grandes enceintes de Ligue 2, le club n'a que la 14ème affluence de la saison, avec seulement 3.610 spectateurs en moyenne. Un chiffre amené à augmenter de manière exponentielle en cas de montée.

Paris, capitale isolée

En Europe, Paris est l'une des seules capitales à ne pas avoir son derby. Partout ailleurs, plusieurs équipes se partagent les capitales. La plus connue d'entre elles, c'est évidemment Londres. Forte de ses six clubs en Premier League, la capitale anglaise n'a aucun équivalent sur le Vieux continent. En Espagne, deux des trois meilleurs équipes du pays viennent de la capitale. Le derby de Madrid, entre le Real et l'Atlético, a même vécu son heure de gloire lors de deux finales de Ligue des Champions, en 2014 et 2016. À Rome, le stade olympique accueille à la fois l'AS Rome et la Lazio Rome, les deux équipes de la capitale italienne.

Mais à Paris, le PSG est esseulé, et ce n'est pourtant pas faute d'avoir essayé de les accompagner. À la fin des années 1980, le Matra Racing, qui nourrit de grandes ambitions, monte en première division, et partage le Parc des Princes avec le tout jeune Paris Saint-Germain. Mais les résultats décevants pousseront finalement le club vers les divisions inférieures, et sonneront le glas des espoirs d'un deuxième club parisien au plus haut échelon national. Depuis désormais trois décennies, le PSG est le seul représentant de la capitale française en Ligue 1. Près de 40 ans après son dernier match en première division, le Paris FC rêve désormais de le rejoindre.